Toine Heijmans : « En mer »

Toine Heijmans en mer

Présentation de l'éditeur:  "Las du quotidien de sa vie de bureau, Donald décide de partir naviguer seul pendant trois mois en mer du Nord. Maria, sa fille de sept ans, le rejoint pour la dernière étape qui doit les ramener du Danemark aux Pays-Bas, où ils retrouveront sa femme. Mer étale, complicité entre le père et la fille: la traversée s’annonce idyllique. Mais rapidement, les nuages noirs se profilent à l’horizon, et Donald semble de plus en plus tourmenté.
 Jusqu’à cette nuit cauchemardesque où Maria disparaît du bateau alors que la tempête éclate..."

« En mer » est le premier roman de Toine Heijmans, né en 1969 aux Pays-Bas. Il reçoit le prix Médicis Etranger 2013.

« La mer portait délicatement le voilier. La mer est une boîte de Petri remplie de plomb liquide. Quelqu’un tient la boîte et la fait osciller, avec régularité et attention, de façon à créer une onde longue et houleuse. La proue glissait dessus sans problème. Les vagues étaient suffisamment grandes pour soulever haut le voilier. Et après avoir soulevé le voilier, elles le laissaient redescendre avec mille précautions. Comme si elles reposaient un bébé dans son berceau. »

Ce roman est un roman sur la mer, une traversée en solitaire, une errance de père, un projet de vie pour Donald qui a besoin d’autre chose que son travail. Avec maestria et économie de mots, l’auteur crée une ambiance inquiétante, chabrolienne, même. Quand les éléments se déchainent, quand le sommeil manque nait alors une toute autre dimension, une réalité que Donald devra apprivoiser lors de sa dernière traversée avant son retour chez lui.
Ce roman m’a touchée, intriguée, tenu en haleine, car quand la fille de Donald s’évapore du voilier, un soir de tempête, le lecteur cherche avec ce père désespéré tous les possibles pour expliquer la disparition de la petite Maria…

« Il n’y a rien de plus doux que d’être couchée dans la chaleur de son propre enfant. La respiration. L’abandon. La confiance qu’un enfant a encore, lorsque nous commençons à le perdre. »

Toine Heijmans (Traduit du néerlandais par Danielle Losman), En mer, Bourgeois, août 2013, 168 pages, 15 euros

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s