Harold Cobert : « Lignes brisées »

harold cobert

Présentation de l'éditeur : "Gabriel, auteur à succès, se rend à Bruxelles pour la promotion de son nouveau roman, Lignes brisées. À cette occasion, il revoit son amour de jeunesse, Salomé, désormais parlementaire européenne. Depuis leur rupture, Gabriel n’a de cesse de vouloir la reconquérir. Sauront-ils combler les années de silence ? L’amour, nourri de souvenirs et de chassés-croisés, a-t-il une chance de renaître ?
Nostalgie de l’adolescence, ironie du destin, Harold Cobert revisite le thème des rendez-vous manqués. L’histoire inachevée de Gabriel et Salomé, éducation sentimentale d’un siècle désabusé, se déploie au fil des pages de ce roman en abyme."

 « Nous ne sommes que des adolescents, pourtant, le drame qui se joue sous des apparences de vaudeville va me pourrir la vie jusqu’à aujourd’hui. »

C’est l’histoire d’un rendez vous entre Salomé et Gabriel amoureux à l’adolescence dont l’histoire n’a duré que deux mois mais qui a bouleversé leurs vies. Quinze ans plus tard, Gabriel est devenu un brillant auteur à succès mais n’a jamais pu oublier cet amour d’adolescence. Harold Cobert hypnotise par sa musicalité, sa fragilité mais aussi sa force et son acuité. Avec ce court roman, il emporte son lecteur dans une valse lente entre les ombres du passés et les espoirs de demain. Est-il possible de rattraper le temps perdu ?

« A l’origine, rien ne nous destine à nous rencontre, encore moins à nous aimer. Nos vies sont aux antipodes l’une de l’autre. Nos débuts ressemblent à notre séparation. Ce n’est que la deuxième fois que tout a commencé. »

J’ai aimé l’intertextualité entre le roman aux pages cornées de Gabriel et le déroulement de l’histoire, qui apporte à la fois profondeur à la narration et légèreté à l’intrigue. L’omniprésence de la danse classique offre une réelle douceur aux pages qui s’envolent et que le lecteur pend plaisir à tourner.

Harold Cobert, Lignes brisées, Héloïse d’Ormesson, mars 2015, 125 pages, 15 euros

Publicités

2 commentaires sur « Harold Cobert : « Lignes brisées » »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s