Sylvie Le Bihan : « Là où s’arrête la terre »

Là où s'arrête la terre

Présentation de l'éditeur : " « Le bouchon fit un bruit de détonation et le monde de Marion s’écroula comme si un seul soldat du peloton l’avait exécutée d’une balle en plein cœur avant que le sabre ne s’abaisse.» Marion, parisienne de 40 ans, prise à son propre jeu entre deux hommes, fuit la réalité et croise un soir d’automne à Paris, Roger qui lui, cherche à tout prix à éviter un choix entre sa vengeance et la résilience. Par défi, il lui propose de l’emmener loin de Paris. Sur un coup de tête, elle le suit. Dans une Bretagne à leur image, à la fois dramatique et mystérieuse, s’ensuit un terrible huis-clos fait d’attirance mêlée de répulsion et de révélations violentes. Un secret se profile, trop lourd pour être dévoilé, jusqu’au drame qui sera peut-être leur unique chance de tout recommencer. Un roman noir, cruel, ancré dans la société d’aujourd’hui avec ses tabous, son hypocrisie et son égoïsme. L’histoire terrible d’une vengeance par procuration."

Sylvie Le Bihan est diplômée de Sciences Po, après avoir travaillé pendant 12 ans en Angleterre en donnant des cours de Sciences Politiques, comme chasseur de têtes pour la finance puis en tant que professionnelle dans le marketing, elle rentre à Paris en 2004 et travaille comme directrice de l’International pour les restaurants Pierre Gagnaire (son mari) avec qui elle a également signé un étonnant ouvrage sur le goût : « Petite Bibliothèque du gourmand ». Son premier roman L’autre traite avec brio de la descente en enfer de deux femmes victimes de leur mari.

Dans son deuxième roman, il est tout autant question de personnages peu aimables. Son héroïne (en est elle vraiment une?) est surtout une femme au tournant de sa vie. Après avoir quitté mari et amant, elle part à l’autre bout d’elle même et là où la terre s’arrête, dans le Finistère.  Elle aura pour compagnon de voyage, un homme, lui aussi perdu entre chimère et fantôme du passé. Chacun dans leur solitude, sauront ils s’entendre, se parler, se sauver?

« Aide-moi à t’aimer sans avoir peur. »

Sylvie Le Bihan dresse un dur portrait de Marion, bourgeoise aux caprices de petite fille comme le lui fera remarquer Roger, le commercial homosexuel plouc de service. Si de prime abord, ces deux personnages peuvent paraitre caricaturaux, ils sont sublimés par la psychologie complexe que leur attribue l’auteure.

« C’est ça qui est le plus choquant : c’est votre égoïsme qui vous a rapprochés, pas vos souffrances. »

Construit d’une manière efficace et rythmée, ce roman monte en puissance au fil des pages, avec cette incroyable fin qui en laissera songeur plus d’un.

Sylvie Le Bihan, Là où s’arrête la terre, Seuil, avril 2015, 288 pages, 18.50 euros

Publicités

4 commentaires sur « Sylvie Le Bihan : « Là où s’arrête la terre » »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s