Léa Wiazemsky : « Le vieux qui déjeunait seul »

léa wiazemsky

Présentation de l'éditeur : "Clara, une jeune et jolie serveuse de vingt-sept ans, se prend d’affection pour un vieux monsieur dont elle ne sait rien sinon que, 
dans le restaurant où elle travaille, chaque lundi, invariablement, il déjeune à 
la même table et commande le même plat. Elle est loin de se douter qu’elle-même a piqué la curiosité de cet homme éprouvé par la vie. Derrière la gentillesse et 
l’éternelle bonne humeur de la jeune femme, ce vieil habitué a décelé une blessure secrète. Et pour cause : accablée par le poids des actes d’un ancêtre, Clara 
s’interdit d’être heureuse. Mais au fil des conversations avec Clément, ce 
grand-père qu’elle se choisit, le contexte historique va refaire surface et 
changer sa vie."

Léa Wiazemsky signe un premier roman choral, émouvant et tendre sur la rencontre de deux générations. Clara est une jeune fille marquée par la culpabilité d’un grand père collabo qu’elle n’a pas connu. Clément est un vieux monsieur que la 2e Guerre Mondiale n’a pas épargné et a déporté aux confins de l’humanité, là d’où on ne revenait pas mais d’où il est rentré avec l’espoir fou de retrouver, Marie sa femme adorée et enceinte, dénoncée, arrêtée et déportée.

« Et il y a cette jeune fille qui fait de cet endroit un univers de lumière et de joie. J’aime cet instant où, à peine ai-je poussé la porte, elle est là avec son sourire plein de malice pour me souhaiter la bienvenue. Elle sait que je vais commander la même chose que d’habitude ; mais elle prend malgré tout la peine de m’apporter la carte. Cela me fait sourire. »

Leur rencontre dans le restaurant où travailler Clara est une bénédiction qui permet à la belle rêveuse de s’affirmer pleinement dans sa vie de femme et de mettre à la porte ses démons. Clément, quant à lui, quitte ses vieux fantômes et reprend gout à la vie. Il va pouvoir transmettre, lui qui au retour des camps, n’a pas eu la force de reconstruire sa vie.

« Comme tous les lundis, je l’attends. Comme tous les lundis, à midi trente précise, il pousse la porte du restaurant pour aller s’installer à sa place habituelle. Il n’a plus besoin de réserver, sa table est toujours prête. Je sais d’avance ce qu’il va commander, mais je devine que, malgré tout, il aime consulter la carte, peut-être pour se surprendre lui-même. »

Ils sont touchants tous les deux. Elle, à aimer les musiques dépassées et les vieux auteurs aux univers mélancoliques. Lui à encourager et porter une vie en devenir de sa bienveillance heureuse.

« Devant cette gosse dévastée par l’ombre d’un grand-père collabo, mon coeur a explosé d’amour. Comment cette jeune femme pouvait-elle se sentir responsable d’autres – aussi horribles soient-ils – commis par un aïeul qu’elle n’avait même pas connu? »

Clara tisse aussi au fil du roman, une histoire avec Bastien, le garçon de café en bas de chez-elle. Il est question entre eux, d’amour, de renoncement, de faiblesses et de peur du bonheur. Une reconstruction méticuleuse pour vivre un grand amour… peut-être.

« Nos coeurs sont de la même famille. Je ne me suis pas trompée. »

J’ai aimé la tendresse et la douceur de ce roman. La dimension historique est très habillement amenée et c’est dans les silences de Clément qu’il y a parfois le plus d’émotion. Léa Wiazemsky sait s’effacer devant ses personnages et ça lui réussit. Cette jeune auteure passe subtilement le message que tout est possible à ceux qui s’ouvrent aux autres et donnent d’eux-mêmes. Un joli message d’espoir.

Léa Wiazemsky, Le vieux qui déjeunait seul, Michel Lafon, avril 2015, 176 pages, 14,95 euros

Publicités

6 commentaires sur « Léa Wiazemsky : « Le vieux qui déjeunait seul » »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s