Citation de le semaine

La citation de la semaine

« Les choses qu’on ne dit pas restent-elles à tout jamais vivantes ? »

Delphine Bertholon in Les corps inutiles

Publicités

Eric Genetet : « Et n’attendre personne »

Et n'attendre personne

Présentation de l'éditeur : " Strasbourg. Isabella et Alberto forment un couple parfait. Ils ont résisté à la routine amoureuse et aux intempéries. Jusqu’au jour où leur fils unique leur annonce, le soir de son vingtième anniversaire, qu’il part s’installer à New York. Cette heureuse nouvelle va pernicieusement bouleverser l’équilibre familial. Si la perspective paralyse Alberto, à l’inverse, Isabella s’en réjouit. Comme libérée, elle en profite et saisit une opportunité à Bruxelles. Pour surmonter la douleur de ce double abandon, Alberto a besoin de mettre sa vie à plat, d’endiguer la dérive des sentiments.
Lorsque les certitudes sont ébranlées et l’union fragilisée, comment ne pas tout faire voler en éclats ? Alberto et Isabella sauront-ils se reconquérir ? Rattraperont-ils le temps où chaque jour qui passait les rapprochait ? 
Un roman qui capte les émotions passagères avec justesse et finesse."

Eric Genetet est journaliste, il a fait ses débuts à la radio avant d’intégrer le monde de la télévision où il était chroniqueur sportif. En 2005, il publie son premier roman « Chacun son Foreman ». Trois ans plus tard, il change de registre en publiant « Le Fiancé de la lune ». En 2013, il publie deux romans « Solo. L’homme qui avait peur d’aimer » chez Le verdier et « Et n’attendre personne » chez Héloïse d’Ormesson.

Lire la suite de « Eric Genetet : « Et n’attendre personne » »

Céline Lapertot : « Et je prendrai tout ce qu’il y a à prendre »

Et je prendrai tout ce qu'il y a à prendre

Présentation de l'éditeur : "Prix coup de cœur de la 25e heure du livre du Mans 2014 
Imaginez l’histoire d’une violence. Celle que fait subir un père à sa fille, honteuse, intime, qui ne peut se dire ou qu’on ne veut pas entendre... 
Et je prendrai tout ce qu’il y à prendre est l’explication du silence dans lequel Charlotte - dorlotée jusqu’à ses sept ans puis soumise aux sévices de son père - s’est enfermée. C’est la jeune fille de dix-sept ans qui révèle le secret de son enfance. Elle a tué et elle doit témoigner. Sous la forme d’une lettre ouverte adressée à son juge, elle raconte, elle revendique son acte et en assume la responsabilité. Après s’être tue pendant si longtemps, comment s’exprimer, comment trouver les mots pour faire comprendre l’inavouable, l’innommable ? Charlotte a décidé que ce ne sera pas par le son de sa voix que le juge l’entendra mais bien par l’écho que renverra sa confession manuscrite... 
Et je prendrai tout ce qu’il y a à prendre bouleverse parce que Céline Lapertot a trouvé le rythme juste pour maintenir la tension dramatique qui en fait la force. Le lecteur reste auprès de Charlotte - Antigone moderne et fragile - à chaque instant. Il partage sa douleur, lui qui est le seul à la connaître..."

Céline Lapertot est une jeune auteure. Elle publie un premier roman coup de poing aux accents autobiographiques et littéraires affirmés. Professeure de lettres à Strasbourg, elle enseigne dans un collège et partage son amour des lettres au quotidien dans un établissement difficile mais qu’importe quand on a la foi.

Lire la suite de « Céline Lapertot : « Et je prendrai tout ce qu’il y a à prendre » »

Citation de la semaine

La citation de la semaine

 

«Rien ne marque autant un lecteur que le premier livre qui s’ouvre vraiment un chemin jusqu’à notre cœur. Ces premières images, l’écho de ces premiers mots que nous croyons avoir laissés derrière nous, nous accompagnent toute notre vie et sculptent dans notre mémoire un palais ou tôt ou tard – et peu importe le nombre de livres que nous lisons, combien d’univers nous découvrons-, nous reviendrons un jour.»

Carlos Ruiz Zafon in L’ombre du vent

Chut c’est un secret avec Romain Puértolas

secrets d'écrivains par bénédicte junger

Romain Puértolas est entré en littérature avec un long titre et une histoire pleine d’ingéniosité et de créativité : L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire IKEA qui a lui valu de s’installer pendant plusieurs semaines dans les meilleures ventes et d’entrer dans le cercle très privée des auteurs le plus vendus en 2013. Depuis ce succès, il poursuit sa route en publiant La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la Tour Eiffel et Re-vive l’empereur, deux romans à la dimension altruiste affirmée et à l’imagination salvatrice. Je l’ai rencontré lors d’une conversation à la librairie Kléber le 29 octobre 2015. Je lui ai demandé de répondre à ces questions. Je vous laisse découvrir ses réponses qui reflètent si bien l’atmosphère de ses romans.

romain puerttt

© Bénédicte Junger

Lire la suite de « Chut c’est un secret avec Romain Puértolas »