Jour 6 : Jérôme Attal : « Presque la mer »

avent

 

9782755614985

 

Présentation de l'éditeur : "Deux héros principaux : un jeune médecin tout frais diplômé et une jeune fille d’un petit village qui rêve d’être chanteuse. Les habitants de Patelin font croire au jeune médecin qu’il y a la mer au village, pour qu’il vienne s’installer. La jeune fille rentre de la Capitale, après avoir échoué à un casting d’un télé-crochet. Une histoire d’amour va naître entre ces deux-là, dans un village burlesque où tous les habitants jouent l’imposture balnéaire…"

Jérôme Attal est un écrivain, parolier, scénariste et crooner rock. Il manie les mots avec douceur et originalité dans tous ses projets. Presque la mer est 8e son roman.

C’est à Patelin, un petit village perdu que d’audacieux villageois trouvent une idée surprenante pour attirer un nouveau médecin. Par décret, tous les administrés vont faire croire à un jeune docteur parisien que leur village se trouve au bord de la mer. Sera-t-il pris par cette supercherie, par ce doux et poétique mensonge ? Et si dans ce village, bien plus que l’attrait marin, ce jeune homme trouvait l’essentiel ?

Il y a des morceaux de bravoure dans ce roman qui sent le feel’s good book! Il est difficile de parler d’en parler tant tout est surprise et création sensible. Ces quelques citations devraient vous donner envie de le lire!

« Le portable c’est comme les hommes du village passée la soixantaine : une petite barre de temps en temps, et quand on veut entrer en contact, plus rien ! »

« Quand une ordonnance concerne deux personnes, l’émissaire et son destinataire, ce n’est certainement plus une ordonnance, mais une lettre d’amour. »

« J’espère qu’elle ne s’est pas mise à détester ses rêves. Quand tu te mets à détester tes rêves, il faut du temps pour que tu t’en construises de nouveaux. »

Jérôme Attal signe une fable extrêmement tendre et féroce qui, sous le fond d’une critique acérée de la désertification de nos campagnes, parvient à nous emmener dans une histoire simplement jubilatoire.

L’offrir à : des ami(e)s, des ados, sa grand-mère, toute personne à qui on veut redonner le sourire

Jérôme Attal, Presque la mer, Hugo Roman,  mai 2014, 199 pages, 16 euros

Publicités

Un commentaire sur « Jour 6 : Jérôme Attal : « Presque la mer » »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s