Jeu[x]-dit #4 : La réponse

Mais qui se cache derrière ce très beau texte ?

lectures2benedicte

 

Il s’agit de Véronique Ovaldé et d’un extrait de son roman Ce que je sais ce Véra Candida.

« De toute façon elle décrets qu’il ne lui plaisait pas: il était trop grand et n’était pas un assez vieil homme pour lui faire le moindre effet, sa grand-mère Rose Bustamante disait toujours qu’il fallait se choisir un homme beaucoup plus âgé que soi « parce qu’ils ont finit de régler leur problèmes et peuvent ainsi s’occuper des tiens », elle ne disait jamais ce que les femmes de Vatapuna répétaient sans cesse, qu’elles attendaient d’un homme qu’il soit travailleur, qu’il les aime, les respecte, parce que, quand elle entendait ça, Rose Bustamante levait les yeux au ciel et s’exclamait: autant espérer une pluie d’or du cul d’un âne. »

Chut c’est un secret avec Isabelle Kauffmann

secrets d'écrivains par bénédicte junger

Isabelle Kauffmann a publié plusieurs romans,  Les corps fragiles est son dernier roman. Elle ne soigne pas seulement à travers le métier de médecin qu’elle exerce mais aussi lorsqu’elle prend la plume comme dans ce 4e roman. Les corps fragiles questionne la relation soigné / soignant dans sa fragilité mais aussi dans sa beauté. Merci à elle d’avoir répondue à mes questions !

isabelle Kaufmann

Lire la suite de « Chut c’est un secret avec Isabelle Kauffmann »

Citation de la semaine

La citation de la semaine

« Face à une vocation, on est seul, sans secours. Comment être à la hauteur de ce qui appelle ? Que faire ? Quel chemin ? Entendre, dans le vacarme du monde, la singularité de son désir, c’est quitter l’univers des martingales et des recettes, c’est comprendre qu’il n’y a d’élan que vers l’inconnu. »

Philippe Vasset in La légende

Isabelle Kaufmann : « Les corps fragiles »

les corps fragiles

Présentation de l'éditeur : "Claudine, Mona, André, le petit Maurice récitant des poèmes, il bambino Bruno, Bernadette en chignon ou Alexandre le virtuose, ce sont eux les corps fragiles, et beaucoup d’autres. Des corps qui saignent, s’embrasent, se dérèglent ou s’épuisent, des corps qui, au gré d’une médecine impatiente, pourront être secourus ou sauvés. Derrière les draps froissés, ce sont autant de destins qui se livrent à Marie-Antoinette, première infirmière libérale de Lyon. Armée d’un prodigieux optimisme, passant d’une maison à une autre, elle soigne les gens, les écoute, calme leurs angoisses, les accompagne, les guérit parfois."

Isabelle Kauffmann ne soigne pas seulement pas dans son métier qu’elle exerce mais aussi lorsqu’elle prend la plume comme dans ce 4e roman. Les corps fragiles questionne la relation soigné / soignant dans sa fragilité mais aussi dans sa beauté.

Lire la suite de « Isabelle Kaufmann : « Les corps fragiles » »

Jeu[x]-dit #3 : La réponse

Mais qui se cache derrière ce très beau texte ?

wordcloud-3

Il s’agit de Leila Slimani et d’un extrait de son premier romans Dans le jardin de l’ogre.

« Dans cette semi-pénombre, la fenêtre ouverte sur des nuages mauves, Adèle regarde l’homme nu. Le visage enfoncé dans l’oreiller, il dort d’un sommeil rassasié. Il pourrait aussi bien être mort, comme ces insectes que le coït tue.
Adèle sort du lit, les mains croisées sur ses seins nus. Elle relève le drap sur le corps endormi, qui se recroqueville pour mieux se réchauffer. Elle ne lui a pas demandé son âge. Sa peau lisse et grasse, la chambre de bonne où il l’a emmenée laissent supposer qu’il est plus jeune qu’il ne l’a prétendu. Il a des jambes courtes et des fesses de femme. »