Bernard Werber : « Demain les chats »

demain-les-chats

Présentation de l'éditeur : "Et si un jour les chats communiquaient avec les hommes ? S’ils changeaient notre histoire à jamais ? Dans la lignée des Fourmis, un roman où se mêlent Histoire, science, philosophie et humour. Bastet, une petite chatte montmartroise, aimerait bien communiquer avec sa « servante » humaine. Sa rencontre avec Pythagore, un chat de laboratoire appareillé pour pouvoir se connecter aux ordinateurs et qui sait tout des humains, va bouleverser sa vie. Le vieux matou futé se charge de l’éducation (très complète…) de la jeune Bastet alors qu’autour d’eux la violence envahit la société. Une vision ironique et décalée du monde des humains où les chats tentent de remédier aux folies de leurs prétendus maîtres."

Forcément, le nom de Werber vous dit quelque chose. Dans les années 90, il a trusté les meilleures ventes avec sa trilogie Les fourmis. Auteur français incontournable à l’étranger comme dans l’hexagone, il revient avec un 23e roman qui va en surprendre plus d’un.

Lire la suite de « Bernard Werber : « Demain les chats » »

Publicités

Chut c’est un secret avec Leila Slimani

secrets d'écrivains par bénédicte junger

J’ai fait la connaissance de Leila Slimani avec son premier roman, Dans le jardin de l’ogre. Un roman sur la dictature du corps, le désir féminin et ses dérives. Chanson douce s’inscrit dans cette recherche de la juste distance entre les corps et avec son propre corps. Il y a quelques jours, avant d’être distinguée par ce prestigieux Prix Goncourt, elle a eu la gentillesse de répondre à mes questions. Merci à elle et bravo pour ce prix !Leila Slimani (CR Bénédicte Junger)

© Bénédicte Junger

Lire la suite de « Chut c’est un secret avec Leila Slimani »

Valentine Goby : « Un paquebot dans les arbres » #MRL16

valentine goby

Présentation de l'éditeur : "Au milieu des années 1950, Mathilde sort à peine de l’enfance quand la tuberculose envoie son père et, plus tard, sa mère au sanatorium d’Aincourt. Cafetiers de La Roche-Guyon, ils ont été le coeur battant de ce village des boucles de la Seine, à une cinquantaine de kilomètres de Paris.
Doué pour le bonheur mais totalement imprévoyant, ce couple aimant est ruiné par les soins tandis que le placement des enfants fait voler la famille en éclats, l’entraînant dans la spirale de la dépossession. En ce début des Trente Glorieuses au nom parfois trompeur, la Sécurité sociale protège presque exclusivement les salariés, et la pénicilline ne fait pas de miracle pour ceux qui par insouciance, méconnaissance ou dénuement tardent à solliciter la médecine.
À l’âge où les reflets changeants du fleuve, la conquête des bois et l’insatiable désir d’être aimée par son père auraient pu être ses seules obsessions, Mathilde lutte sans relâche pour réunir cette famille en détresse, et préserver la dignité de ses parents, retirés dans ce sanatorium – modèle architectural des années 1930 –, ce grand paquebot blanc niché au milieu des arbres."

Dans le cadre des matchs de la rentrée littéraire, j’ai reçu le 12e roman de Valentine Goby. Merci à Price Minister !

Lire la suite de « Valentine Goby : « Un paquebot dans les arbres » #MRL16″