Rentrée littéraire d’hiver 2017 #rlhiver2017

La rentrée littéraire à peine arrivée (consommée ?), voilà déjà celle d’hiver qui s’invite dans la presse, sur les blogs et dans les paniers de commandes des bibliothécaires.

517 romans pour la rentrée d’hiver. 337 français, 180 étrangers, 71 essais.

sélection hiver 2017

Voici mes impatiences (totalement subjectives !) de cette rentrée avec moins de grands noms (année électorale oblige) et une ligne historique assez forte (non mentionnée ci-dessous).

  • Violaine Bérot : Nue sous la lune (12 janvier 2017) 

« Une histoire de violence psychologique au sein d’un couple. Alors qu’elle commençait à être reconnue, une sculptrice de talent abandonne tout pour un homme. Elle s’oublie, se renie et tente de prendre la fuite. Peu à peu, elle perd l’essence de son être. »

  • Patrick Besson : Cap Kalafatis (18 janvier 2017)

« Pâques, 1991. Nicolas, un étudiant de 23 ans, roule en vélomoteur jusqu’à une plage déserte du cap Kalafatis, sur l’île de Mykonos. Barbara, même âge, y bronze très dénudée et apparemment seule. Il tente en vain de la séduire jusqu’à ce que José, un quinquagénaire de quatre-vingt-dix kilos, débarque en planche à voile. Une relation étrange se tisse entre les membres du trio. »

« André, jeune médecin militaire, se rend une fois par semaine à la carrière des Fontaines, aux Trois-Gueules. Il s’installe dans cet endroit en rachetant une demeure où il avait tenté de sauver un enfant. Il découvre l’existence de son fils Bénédict sur le tard. Ce dernier prend la relève de son père et fonde sa propre famille. Mais la naissance de sa fille risque de tout faire basculer. »

« Sur un coup de tête, Emma, 40 ans, mariée et mère de trois enfants, quitte sa famille pour s’enfuir avec un homme qu’elle connaît à peine. Un roman sur l’urgence de vivre pleinement l’instant présent et la toute-puissance du désir. »

  • Arnaud Dudek : Les Vérités provisoires (16 février 2017)

« Jules est un jeune garçon désarmant dans le monde de ce début de XXIe siècle : c’est un doux rêveur doté d’une gentillesse insoumise et têtue. Il recherche sa sœur, Céline, étudiante, qui a disparu sans laisser de traces et dont personne ne se préoccupe. Son regard sur ses aventures ordinaires transforme les obstacles en vérités provisoires et réenchante un monde où règne l’ordre des choses. »

« La romancière évoque son enfance dans les années 1940. Elevée par une femme dont elle ne connaît pas le nom et qu’elle surnomme Yaya, elle en est brutalement séparée par sa mère, venue la chercher à l’âge de 6 ans. Elle grandit sans jamais perdre de vue son objectif de retrouver cette femme, chose faite une trentaine d’années plus tard, trois mois avant la mort de celle-ci. »

« Hélène doit comparaître dans deux jours au tribunal. Dans une chambre d’hôtel de Grenoble, elle tente de trouver le sommeil. Peu à peu, elle se remémore des souvenirs dramatiques vieux de trente ans, qu’elle avait occultés. Couchant les mots sur le papier, elle s’adresse à Léo, son amant. Un roman à tiroirs qui alterne les récits au passé et au présent. »

« Une étudiante au physique ingrat prend un bel homme en stop sur l’autoroute de Normandie, le soir de la Saint-Sylvestre. Le lendemain, elle apprend qu’une blonde aperçue pendant la soirée a été tuée. Quelques années plus tôt, Laszlo, étudiant à la Sorbonne, observe une fille qui travaille ses cours de criminologie. Il n’oubliera jamais Alice, devenue inspectrice à la brigade criminelle. »

  • Hélène Risser : La plus folle de nous deux (19 janvier 2017)

« Noémie Leblond est en course pour la présidentielle et rien ne semble pouvoir arrêter son ascension. Elle évolue dans un monde d’hommes et surmonte toutes les épreuves qu’elle rencontre : séduction, ambition, pouvoir, maternité. Une journaliste décide d’enquêter sur elle mais rapidement, une fascination prenant racine dans ses propres fragilités s’empare de cette dernière. »

  • Valérie Tong Cuong : Par amour (25 janvier 2017)

« Pour protéger les siens des absurdités de la guerre, il ne reste parfois que l’énergie de l’amour et la force du sacrifice… Retraçant le destin de deux familles emportées dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale, cette fresque puissante, envoûtante, nous conduit du Havre à l’Algérie et met au jour un pan méconnu de notre Histoire. »

  • Léa Wiazemski : Le bruit du silence (2 février 2017)

« Artiste peintre, Laure a toujours été en conflit avec son père, et leurs rapports se dégradent encore un peu plus à la mort de sa mère. Aussi, quand une grosse tempête les oblige à passer une soirée en tête-à-tête, elle appréhende le moment difficile qu’elle s’apprête à vivre. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s