Sylvie Le Bihan : « Qu’il emporte mon secret »

quil-emporte-mon-secret

Présentation de l'éditeur : " « Je ne peux pas t'expliquer pourquoi, pas maintenant, mais sois 
patient, je te raconterai dès que j'aurai trouvé les mots. J'ai besoin de respirer, encore un 
peu, un autre air que celui, étouffant, de l'été 1984, celui que j'avais refoulé et que j'ai 
retrouvé dans une salle de la prison de Nantes, il y a trois semaines ». Deux nuits ont bouleversé 
la vie d’Hélène à 30 ans d'intervalle, la troisième, à la veille d’un procès, sera peut-être enfin 
celle de la vérité… Alternant le présent et le passé, Sylvie Le Bihan construit un roman à tiroirs 
où le lecteur est tenu en haleine jusqu’à la fin."

Sylvie Le Bihan est diplômée de Sciences Po, elle travaille comme directrice de l’International pour les restaurants Pierre Gagnaire (son mari) avec qui elle a également signé un livre sur le goût : « Petite Bibliothèque du gourmand ». Elle a publié trois romans qui évoquent tous l’urgence de vivre et la libération du corps par les mots.

Son premier roman, L’autre, traite avec brio de la descente en enfer de deux femmes victimes de leurs maris, pervers narcissiques. Dans son deuxième roman, Là où s’arrête la terre, elle met en scène une femme qui doit faire des choix pour tenter d’avancer. Après avoir quitté mari et amant, elle part à l’autre bout d’elle même et là où la terre s’arrête, dans le Finistère pour trouver des réponses.

Chaque roman de Sylvie Le Bihan trouve une inspiration dans sa vie personnelle, une respiration intime mais romancée pour mieux dire, alerter, militer peut-être même contre les nombreuses turpitudes et injustices de la vie. Dans Qu’il importe mon secret, elle nous emmène au cœur et au corps à corps avec l’histoire d’un viol : du silence à la libération par les mots. La construction est millimétrique alternant passé, présent, et expectative du procès. Sous la forme d’une lettre à Léo et par le biais d’une narration au présent, ce roman captive le lecteur qui ne peut refermer le livre avant d’en connaitre l’issue.

« L’oubli n’est qu’un lapsus de la mémoire. »

Hélène est une auteure auréolée de gloire, reconnue par ses pairs, la critique et les lecteurs. Elle s’est construite dans la négation du 14 juillet 1984. Pudiquement nommé « l’accident », le viol collectif qu’elle subit alors qu’elle n’a que 16 ans est à la fois la clé de sa personnalité mais aussi l’explication de son incapacité à aimer vraiment. A cause du déni et d’un oubli forcé (vous en connaîtrez les raisons en lisant le roman), Hélène joue avec le feu, les hommes comme pour mieux éprouver la fureur de vivre qui l’anime et la consume. La rencontre avec Léo, ce jeune homme, écrivain comme elle, à qui elle destine la longue lettre du roman est déterminante. Elle va délicatement bouleverser quelques une de ses certitudes.

« J’ai l’intime conviction que c’est affreux d’aimer. »

Sylvie Le Bihan retrace le parcours d’une femme libre mais dans la constante maîtrise de son corps et de ses sentiments. On sent les luttes intérieures, le courage, les doutes et tout cela est décrit sans voyeurisme et avec la plus grande des pudeurs. Cela en fait un texte élégant malgré la dureté de son contenu.

« J’ai donné mon corps, mais jamais ma confiance. »

Histoire d’une renaissance, entre résilience et urgence de dire, ce roman reste, par la grâce de sa construction et son style vif et moderne, un livre aérien qui emmène son lecteur au delà de l’horreur et se focalise sur l’essentiel. Sylvie Le Bihan signe un roman universel et invite à se mettre en route sur le chemin de l’acceptation de soi avec l’espoir de (re)trouver le bonheur.

Sylvie Le Bihan, Qu’il emporte mon secret, Seuil, janvier 2017, 224 pages, 17 euros

Publicités

6 commentaires sur « Sylvie Le Bihan : « Qu’il emporte mon secret » »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s