Claire Gallois : « Et si tu n’existais pas »

et-si-tu-nexistais-pas

Présentation de l'éditeur : "Ce livre, c’est un peu comme un secret que je vais dire à tout le monde. L’histoire d’un engagement que j’ai pris enfant et que je n’ai jamais oublié.
 Nous sommes dans les années quarante. J’ai six ans et je n’ai jamais vu ma mère. Un dimanche de juillet, elle arrive dans une belle Citroën noire et m’emporte en dix minutes. Ma nourrice court dans la poussière blanche soulevée par la voiture et jette son tablier noir sur sa tête. Je grimpe contre la lunette arrière et je lui dis en moi-même : Je te retrouverai, je te le jure. »"

Claire Gallois est romancière, essayiste et critique littéraire. Elle publie depuis les années 60 des ouvrages où la question identitaire tient une place importante. Avec ce roman, elle raconte un drame intime qui résonne de manière universelle.

Il y a fort à parier qu’en lisant le titre du roman, vous le continuiez par les mots de Joe Dassin « dis moi pourquoi j’existerais ». Cette question justement, la narratrice va se la poser tout au long du roman.

Et si tu n’existais pas pose la question de l’enfance et de la force de l’amour filial ou non avec tact etfinesse. Basé sur les souvenirs d’enfance de la narratrice, le livre retrace l’incroyable recherche  d’une nounou par une adulte accomplie mais dont la petite fille qu’elle a été n’est jamais loin.

« La mémoire des sentiments obscurcit celle de la pensée. Tout le monde faisait semblant de ne pas entendre, et en moi s’installait un silence que je ne connaissais pas. Comme si j’étais dépositaire d’un secret que j’ignorais mais dont j’avais hérité et qui se modifiait tout le temps. »

A travers le portrait d’une femme bonne et courageuse, une héroïne très particulière et la peinture d’une enfance difficile au sein d’une famille déshumanisée, bigote et collabo, Claire Gallois met en lumière les contrastes de la France d’en haut et de la France d’en bas.

Récit d’une enfance volée, ce roman allie la force des souvenirs heureux et une dénonciation des injustices humaines. Âpre mais drôle aussi, il se lit d’une traite et avec respect car l’auteure ne se cache pas de l’autobiographie des faits.

Claire Gallois, Et si tu n’existais pas, Stock, janvier 2017, 144 pages,16,50 euros 

Publicités

3 commentaires sur « Claire Gallois : « Et si tu n’existais pas » »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s