Astrid Manfredi : « Havre Nuit »

havre-nuit

Présentation de l'éditeur :" En fait, tout se passe bien. Comme dans un jeu macabre mais réglementé. Parce qu'à la fin personne ne meurt vraiment. " 
Une étudiante prend un homme en auto-stop sur une aire d'autoroute, un soir de 31 décembre, et entraîne l'inconnu dans une fête au Havre. Le lendemain, elle prend le meurtre sauvage d'une fille qu'elle avait aperçue au cours de la soirée. Quelques années plus tôt. Laszlo est inscrit à la Sorbonne. Il sèche les cours et, au bistrot, observe une étudiante penchée sur ses cours de criminologie. Laszlo est amoureux mais c'est avec d'autres filles à la peau diaphane qu'il passera ses nuits. Il n'oubliera jamais Alice, devenue inspectrice. À défaut de la posséder, il laissera sur ses scènes de crime ce que seule Alice pourra trouver."

Astrid Manfredi, auteure d’un premier roman époustouflant, La petite barbare, publie en cette rentrée d’hiver Havre Nuit. On y retrouve l’urgence de dire, la fureur de vivre et l’envie d’aimer et surtout ce style qui m’avait conquise : rugueux et poli, affûté et poétique.

Lire la suite de « Astrid Manfredi : « Havre Nuit » »

Chut c’est un secret avec Sophie Lemp

secrets d'écrivains par bénédicte junger

J’ai rencontré Sophie Lemp pour la première fois avec son roman Le fil qui m’a bouleversée. Un court roman sur le lien indéfectible et au combien précieux entre une jeune fille et sa grand mère. J’ai pu aussi échanger avec elle lors de la très belle soirée des 68 premières fois et toute la délicatesse entre aperçue dans son roman s’est révélée lors de cette rencontre. Merci à elle d’avoir répondu à mes questions !

sophie-lemp

©DR

Lire la suite de « Chut c’est un secret avec Sophie Lemp »

Belinda Cannone : « S’émerveiller »

semerveiller

Présentation de l'éditeur : "« Parfois le silence règne, nous sommes paisibles et concentrés, la lumière est belle et notre regard vigilant : alors l’émerveillement nous saisit. D’où vient ce sentiment fugitif ? Il ne résulte pas forcément de la nature grandiose de la situation ou du spectacle. Souvent c’est un état intérieur favorable qui nous permet de percevoir une dimension secrète et poétique du monde. Soudain on vit pleinement, ici et maintenant, dans le pur présent. Cette disposition intime est une conséquence du désir de vivre et de la faculté de joie. 
Le risque de l’enténèbrement a frappé notre époque mais il faut d’autant plus persister à évoquer l’émerveillement. Car la construction du bonheur, le respect de chaque vie précaire, précieuse et susceptible d’accueillir les plaisirs en même temps que le labeur, sont la marque de notre conception de l’existence. Ici est notre séjour, y porter un regard attentif est le plus sûr remède contre le nihilisme. »"

Belinda Cannone est romancière et essayiste. Elle a publié sept romans  et plusieurs essais primés.

Lire la suite de « Belinda Cannone : « S’émerveiller » »