Chut c’est un secret avec Emmanuelle de Boysson

Emmanuelle de Boysson est critique littéraire, auteure, essayiste et présidente de la Closerie de Lilas. Elle publie un roman inspiré par le journal intime de son adolescence. Les années Solex c’est la fougue de l’adolescence et l’envie de liberté. J’ai rencontré Emmanuelle lors d’une rencontre à la librairie Kléber, merci à elle d’avoir répondu à mes questions !

© Emmanuelle de Boysson (à 14 ans)

  1. Comment êtes-vous venu(e) à l’écriture? D’où vous en vient l’envie?
    De l’enfance. J’habitais au Maroc, à Mohammedia. Sans télé, je m’amusais à inventer des histoires, souvent en collant des images. Je lisais déjà beaucoup et me suis mise à tenir mon journal intime à 12 ans après la lecture de celui d’Anne Frank. Ecrire était mon champ libre ! Le début de l’autonomie, face à l’ennui et  la morale de ma mère.
  1. Quel est votre plus beau souvenir d’auteur?
    Le jour où Albin Michel a accepté de publier mon premier livre sur mes grands oncles, Jean et Alain Daniélou.
  1. Que pensez-vous de cette citation de Fernando Pessoa « La littérature est la preuve que la vie ne suffit pas »?
    J’aime cette citation. La littérature est aussi la preuve de notre mystère, de notre quête d’ailleurs, de notre désir de vivre d’autres vies que la nôtre.
  1. Quel livre aimez-vous offrir?
    Tout dépend à qui ! En général, ceux de Zweig, de Tchekhov – surtout ses nouvelles –  A mes amies, Sagan, « Les Vagues » de Virginia Woolf, Sylvia Plath, « Camille » d’Anthony Palou ( Bartillat), « La demande » de Michèle Desbordes ( Verdier)… Aux gourmands, des livres de recettes de cuisine. A ceux qui s’interrogent, des livres de philosophie (ceux de Luc Ferry). A ceux qui sont portés sur la religion, des vies de saintes. A ceux qui aiment l’histoire, les livres de Jean-Christian Petit Fils. Aux voyageurs, ceux de Sylvain Tesson. A ceux qui aiment rire, Alphonse Allais ou Pierre Desproges. Aux écrivains, « Portraits et Aphorismes », de Bernard Frank ( Le cherche midi). A ma petite fille de 2 ans, « Le petit bateau de Petit Ours » ( Pastel les lutins de l’école des loisirs).
  1. Quels sont vos projets littéraires?
    Ecrire la suite des Années solex. Dans la veine d’Elena Ferrante… Toujours avec un petit côté proustien ! Et une histoire d’emprise : une jeune marocaine amoureuse d’un intellectuel, lui-même dominé par sa femme !
  1. Y a-t-il une question que je ne vous ai pas posé à laquelle vous auriez aimé répondre? Souhaitez-vous ajouter quelque chose?
    Et vous, vos auteurs préférés ? Les miens, Stendhal, Flaubert, Balzac, Nerval, Dumas, Maupassant, Hemingway, Fitzgerald, Salinger, Zweig, Faulkner, Proust, Benjamin Constant, Paul Morand, Virginia Woolf, Karen Blixen, Romain Gary, Kessel, les Russes (Nabokov, Tolstoï, Pouchkine…) Joyce, les romancières anglaises, Sagan, Frank, Annie Ernaux, Echenoz, Modiano… et la poésie, d’Eluard, de Rimbaud, d’Aragon, de Baudelaire et Verlaine…
  1. J’allais oublier… avez-vous un secret à nous confier?
    J’essaie d’arrêter de fumer.
Publicités

2 commentaires sur « Chut c’est un secret avec Emmanuelle de Boysson »

  1. J’ai beaucoup aimé échanger avec Emmanuelle également. Elle est vraiment tres disponible et fait preuve d’une extrême gentillesse.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s