Jean Hegland : « Dans la forêt »

Jean Hegland a publié Into the forest, il y a 20 ans aux Etats-Unis. Le roman y a connu le destin d’un best seller. Traduit et publié en  France, seulement en ce début d’année, il est le choc de la rentrée d’hiver.

Dans la forêt s’inscrit dans le courant littéraire du « nature writing »; un courant né avec Henri David Thoreau et son Walden ou la vie dans les bois. On y retrouve aussi Jim Harrison et son amour des grands espaces. Roman d’anticipation post-apocalyptique, il résonne d’une manière troublante avec l’actualité américaine et l’annonce de Trump du retrait de l’accord de Paris. En effet, Jean Hegland imagine un monde où plus rien ne va, il n’y a plus d’électricité, plus de ressources énergiques et des épidémies se propagent. C’est dans ce monde chaotique que tentent de survivre deux jeunes sœurs au cœur d’une forêt, dans la maison construite par leur père. Ce dernier est une figure centrale et tutélaire du roman, un point de repère dans le chaos dès l’enfance.

« Nous ramassions des feuilles des feuilles et poussions doucement du pied des mille-pattes et des araignées d’eau tandis que Père attendait à côté de nous, imposant, aussi patient et bienveillant qu’un arbre. »

La survie des jeunes filles reste toutefois délicate dans une forêt hostile non maîtrisée, aux secrets indéchiffrables et aux dangers bien réels. Cependant, par la grâce des livres et la pugnacité de Nell, leurs regards vont changer sur cette entité qui revêt bel et bien la place d’un personnage dans le récit. Le domaine boisé dans lequel elles évoluent devient alors un lieu nourricier et un lieu de paix, de renouveau et l’expression d’une possible renaissance. Nell et Eva avaient des rêves plein la tête, des espoirs, des tourments d’adolescentes, comment exister quand rien n’est plus comme avant ? Et quand l’avant ne reviendra plus jamais ? Comment se réinventer ? Avec maestria, Jean Hegland décortique nos tourments inavoués, nos peurs ancestrales et nos désirs cachés. Un roman où l’amour s’entreaperçoit entre les lignes, dans les silences et dans les regards de ces deux jeunes femmes, héroïnes malgré elles et modèles désenchantées de notre société de consommation.

« On tient le coup, jour après jour et tout ce qui nous manque, ce sont les souvenirs, tout ce qui me fait souffrir ce sont les regrets. »

L’écriture sensuelle de l’auteure, le choix du journal intime pour donner corps au récit, la fluidité de style, tout cela concoure à l’élaboration d’un roman doux au rythme agréable et au suspens grandissant. La dimension symbolique du roman est forte mais au delà des messages de l’auteur, on ressent sa réelle admiration et son amour pour la forêt. Ode à la nature, aux plaisirs simples, au respect de la vie et à l’adaptation de sa consommation à ses besoins, Dans la forêt questionne, bouscule en douceur et s’ancre profondément dans son lecteur.

Un livre à laisser infuser pour en profiter pleinement et en sortir profondément changé.

 

Présentation de l'éditeur : "Rien n’est plus comme avant : le monde tel qu’on le connaît semble avoir vacillé, plus d’électricité ni d’essence, les trains et les avions ne circulent plus. Des rumeurs courent, les gens fuient. Nell et Eva, dix-sept et dix-huit ans, vivent depuis toujours dans leur maison familiale, au cœur de la forêt. Quand la civilisation s’effondre et que leurs parents disparaissent, elles demeurent seules, bien décidées à survivre. Il leur reste, toujours vivantes, leurs passions de la danse et de la lecture, mais face à l’inconnu, il va falloir apprendre à grandir autrement, à se battre et à faire confiance à la forêt qui les entoure, emplie d’inépuisables richesses. Considéré comme un véritable choc littéraire aux États-Unis, ce roman sensuel et puissant met en scène deux jeunes femmes qui entraînent le lecteur vers une vie nouvelle."

Jean Hegland, Dans la forêt, Gallmeister, trad. par Josette Chicheportiche, janvier 2017, 304 pages, 23.50 euros

Publicités

2 commentaires sur « Jean Hegland : « Dans la forêt » »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s