Timothée de Fombelle : « Neverland » #RL2017

Timothée de Fombelle est surtout connu pour ses romans pour la jeunesse. Auteur de deux séries stars, « Vango » et « Tobie Lolness », il publie cette année son premier roman à destination des adultes et sur le thème de l’enfance. Une quête profonde et intime, de sens et de vérités, aux accents particuliers et communs, aux envolées métaphoriques captivantes.

Timothée de Fombelle plonge dans ses souvenirs et explore l’enfance pour tenter de saisir l’instant où l’on bascule dans le monde adulte et où l’on quitte donc ce « neverland » cher à Peter Pan, lieu où l’on ne grandit pas, plus.

« Il y a dans les hauts territoires de l’enfance, derrière les torrents, les ronces, les forêts, après les granges brûlantes et les longs couloirs de parquet, certains chemins qui s’aventurent plus loin vers le bord du royaume, longent les falaises ou le grillage et laissent voir une plaine tout en bas, c’est le pays des lendemains : le pays adulte. »

L’auteur convoque dans une langue magnifique et avec un sens de la formule assez bluffant, une foultitude de souvenirs qui mènent à des réflexions profondes et universelles sur l’enfance. L’enfance dont il va tenter de définir l’incroyable pouvoir sur nos vies d’adultes.

Il y a des pages magnifiques sur l’ennui, les grands parents, la magie de la lecture. De ces observations et de ces confidences qui trouvent écho et réveillent nos propres souvenirs.

« Il me fallait toujours du temps pour me retrouver. Quand j’avais fini le livre, on m’appelait dehors, je restais étourdi sur le lit. Alors je me levais, un peu à l’étroit dans cette peau et ce monde. Je faisais un pas, je m’étirais. Mon enveloppe se fendillait. Mon équilibre avait changé. En descendant l’escalier, je ne voyais pas qu’avaient poussé deux ailes en papier dans mon dos. »

J’ai aimé ce roman où l’on a envie de relire chaque phrases tant elle sont fortes et porteuses de questionnement. Un court texte au plaisir de lecture énorme. Parlons de ce roman pour faire autant que possible vibrer les enfances en devenir autour de nous et ressusciter quelque part la nôtre aussi.

Présentation de l'éditeur : "Neverland est l’histoire d’un voyage au 
pays perdu de l’enfance, celui que nous portons tous en nous. À la fois 
livre d’aventure et livre-mémoire, il ressuscite nos souvenirs enfouis. "

Timothée de Fombelle, Neverland, L’iconoclaste, septembre 2017, 128 pages, 15 euros

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s