Citation de la semaine

« Je crois que pour vivre – parce qu’on peut passer cette vie sans vivre, et c’est un état sans doute pire que la mort – […] il faut avoir été regardé au moins une fois, avoir été aimé au moins une fois, avoir été porté au moins une fois. Et après, quand cette chose-là a été donnée, vous pouvez être seul. La solitude n’est plus jamais mauvaise. Même si on ne vous porte plus, même si on ne vous aime plus, même si on ne vous regarde plus, ce qui a été donné, vraiment donné, une fois, l’a été pour toujours. A ce moment-là, vous pouvez aller vers la solitude comme une hirondelle peut aller vers le plein ciel. »

Christian Bobin

Publicités

Claudie Gallay : « La beauté des jours » #RL2017

Claudie Gallay signe un roman envoûtant sur les choix, ces détails infimes qui embellissent nos vies et nous aident à vivre plus libres.

Lire la suite de « Claudie Gallay : « La beauté des jours » #RL2017″

La sélection de janvier pour le #GPdeslectricesELLE2018 #vismaviedejurée

Voici les titres des 7 livres sélectionnés pour le jury de janvier. J’ai hâte de savoir quels seront les élus par mes co-jurées. J’aurai en effet le livre sélectionné pour chaque catégorie à lire et noter !

Lire la suite de « La sélection de janvier pour le #GPdeslectricesELLE2018 #vismaviedejurée »

Le booktube de la rentrée littéraire pour les médiathèques de #Strasbourg #rl2017

Avec joie, j’ai retrouvé en fin d’été le chemin du booktube pour le réseau des médiathèques dans lequel je travaille. Dans mon booktube, 3 romans sont déjà primés et deux restent en lice pour le Goncourt !

Lire la suite de « Le booktube de la rentrée littéraire pour les médiathèques de #Strasbourg #rl2017 »

Zygmunt Miloszewski : « Inavouable » #rl2017

Qui a-t-il d’inavouable dans ce roman ? C’est la première question que je me suis posée avant même de l’ouvrir et je n’ai pas été déçue.

Lire la suite de « Zygmunt Miloszewski : « Inavouable » #rl2017″

Citation de la semaine

« Dans les livres il y a des chapitres pour bien séparer les moments, pour montrer que le temps passe ou que la situation évolue, et même parfois des parties avec des titres chargés de promesses, La rencontre, L’espoir, La chute, comme des tableaux. Mais dans la vie, il n’y a rien, pas de titre, pas de pancarte, pas de panneau, rien qui indique attention danger, éboulement fréquents ou désillusion imminente. Dans la vie on est tout seul avec son costume, et tant pis s’il est tout déchiré. « 

Delphine de Vigan in « Rien ne s’oppose à la nuit »