Zygmunt Miloszewski : « Inavouable » #rl2017

Qui a-t-il d’inavouable dans ce roman ? C’est la première question que je me suis posée avant même de l’ouvrir et je n’ai pas été déçue.

Cette question m’aura taraudée tout le long de ma lecture et ma curiosité n’aura été satisfaite qu’à la fin du livre. C’est d’ailleurs pour cela que j’en ai fini la lecture, malgré une mise en route plutôt longue et des passages brouillons, ou plutôt des passages où je me suis perdue.

 

La lecture de ce roman était néanmoins agréable et le suspense bien maitrisé. Je l’ai immédiatement associé aux romans de Dan Brown et au film « Insaisissables » de Louis Leterrier. Les 4 cavaliers du film m’ont tout de suite fait penser aux 4 personnages principaux.

 

J’ai aimé la construction du roman et l’entrecroisement des différents fils narratifs. Les rapports entre les personnages sont bien sentis et on s’y attache facilement.

 

Bien entendu l’intrigue historique est très réussie. Le questionnement sur la sincérité de Himmler, ses liens avec les Etats Unis est vraiment très bien amenée. J’ai aimé aussi le questionnement sur la vérité, les manipulations de l’Histoire et la tension des liens diplomatiques. Bien que ce ne soit qu’un roman, j’ai trouvé cela fin et passionnant.

 

Un roman avec 4 mousquetaires au service de la vérité et la liberté. Saisissant.

Présentation de l'éditeur : "Zakopane, chaîne des Tatras, 26 décembre 1944.
Un résistant serre contre lui un étui métallique. À ses oreilles résonnent encore les dernières instructions de l’officier nazi qui lui a confié « le plus grand secret de cette guerre »… Alors qu’il est pris dans une tempête de neige, sa formation d’alpiniste pourrait se révéler cruciale. Non loin de là, dans une auberge, un homme contemple par l’une des fenêtres la même bourrasque déchaînée. Après une ultime hésitation, il croque sa capsule de cyanure.
Une matinée d’automne, de nos jours, à Varsovie. 
Chef du département de recouvrement de biens culturels rattaché au ministère des Affaires étrangères, le docteur Zofia Lorentz est convoquée par le Premier ministre : le Portrait de jeune homme du peintre Raphaël, tableau le plus précieux jamais perdu et recherché depuis la Seconde Guerre mondiale, vient d’être localisé. Accompagnée d’un marchand d’art cynique, d’un officier des services secrets à la retraite et d’une voleuse légendaire, Zofia s’envole pour New York, étape d’une quête contrariée qui pourrait inverser la lecture de l’Histoire et la politique internationale moderne…"

Zygmunt Miloszewski, Inavouable, traduit du polonais par Kamil BARBARSK, Fleuve édition, septembre 2017, 608 pages, 21.90 euros

Publicités

Un commentaire sur « Zygmunt Miloszewski : « Inavouable » #rl2017 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s