Joann Sfar : « Vous connaissez peut-être » #RL2017

Joann Sfar signe un deuxième roman drôle à la parole libérée et fulgurante d’images chocs qui questionnent nos habitudes, nos préjugés et nos petits mensonges avec la vérité.

Joann Sfar parle de lui dans ce roman. Dès les premières, aucun doute n’est permis, mais derrière ce prétexte le lecteur découvre le regard d’un artiste sur le monde et des sujets brûlant d’actualité. L’art, le dessin et l’écriture sont passés à la loupe et s’il questionne le pourquoi et la nécessité, il expose aussi sans filtre et avec humour le regard que l’on porte sur l’écrvain.

« Écrire, c’est quand quelque chose te tracasse et que tu peux le faire sortir. « Y’a pas de souci », c’est l’inverse. Chaque  » y a pas de souci » entendu confortera l’auteur dans l’idée que toute communication avec l’extérieur est vouée à l’échec. »

Au cœur du roman, l’histoire d’un homme abusé par une jeune femme, Lili, sur facebook, l’auteur lui-même. Le virtuel n’est pas diabolisé mais Joann Sfar montre les faiblesses d’une société de l’image sans s’épargner lui-même.

 » Comment je vais faire pour vivre en couple et pour construire une vraie vie ? Je suis très inquiet de constater que le seul personnage de fiction auquel je parvienne à m’identifier c’est Dexter, le tueur en série. Je ne tuerai jamais personne, il n’est pas question de ça, Mais je fais semblant de vivre, comme lui. »

Le lecteur aura bonheur à retrouver en filigrane l’histoire du chien de l’auteur Marwin qui n’a de cesse que de vouloir tuer les chats inspirants du « Chat du rabbin ».

Bref, un roman poupée russe, avec des histoires enchâssées, des chausse trappes, parfois, des élucubrations et des réflexions philosophiques. Un roman qui vous serre et ne vous lâche plus jusqu’à la fin malgré quelques faiblesses de construction.

 

Présentation de l'éditeur : "Au début il y a cette fille, Lili rencontrée sur Facebook.
Ça commence par « vous connaissez peut-être », on clique sur la photo du profil et un jour on se retrouve chez les flics.
J’ai aussi pris un chien, et j’essaie de lui apprendre à ne pas tuer mes chats.
Tant que je n’aurai pas résolu le problème du chien et le mystère de la fille, je ne tournerai pas rond.
Ça va durer six mois."

Joann Sfar, Vous connaissez peut-être, Albin Michel, août 2017, pages, 18,50 euros

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s