Delphine de Vigan : « Les loyautés »

Delphine de Vigan est une de mes plumes préférées toute époque confondue. J’aime son écriture fluide d’une clarté et d’une justesse déconcertantes. Ses deux derniers romans, Rien ne s’oppose à la nuit et D’après une histoire vraie ont mis en évidence la frontière ténue entre fiction et réel. Avec ce roman, elle renoue avec le roman social qui s’est souvent invité dans son œuvre avec les très réussis No et moi et Les heures souterraines.

Lire la suite de « Delphine de Vigan : « Les loyautés » »

Publicités

Tove Alsterdal : « Tango Fantôme » #RL2017 #GPdeslectricesELLE2018

Disparaître et laisser une vie derrière soi, être prisonnier de ses choix. Voilà tout l’enjeu de ce roman policier construit avec brio.

J’ai lu ce livre dans le cadre du Grand Prix des lectrices ELLE 2018, il a sélectionné dans la catégorie policier pour le mois de décembre.

Lire la suite de « Tove Alsterdal : « Tango Fantôme » #RL2017 #GPdeslectricesELLE2018 »

Violaine Huisman : « Fugitive parce que reine »

Violaine Huisman a le gout des mots, c’est évident. Dans son premier roman, chacun est à sa juste place. Il n’y en a pas un de trop. Avec une plume virevoltante et rigoureuse, elle entraîne le lecteur au cœur d’une histoire d’amour particulière entre une mère et ses filles et brosse le portrait de trois générations de femmes libres, imparfaites et heureuses.

Lire la suite de « Violaine Huisman : « Fugitive parce que reine » »

Annick Kaytesi-Jozan : « Même Dieu ne veut pas s’en mêler » #GPdeslectriceselle2018

Ce livre m’a mise mal à l’aise. Non pas par le sujet, mais par la manière dont il a été traité.

J’ai lu ce livre dans le cadre du Grand Prix des lectrices ELLE 2018, il a sélectionné dans la catégorie document pour le mois de janvier. Lire la suite de « Annick Kaytesi-Jozan : « Même Dieu ne veut pas s’en mêler » #GPdeslectriceselle2018 »

Anna Hope : « La salle de bal » #RL2017 #GPdeslectricesELLE2018

Avec le rythme entêtant d’une valse, Anne Hope creuse le sillon de l’eugénisme dans l’Angleterre des années 1910. Il y a quelque chose de tourbillonnant dans la construction de ce roman, comme si le lecteur était pris dans une spirale dont il ne peut s’échapper avant d’être arrivé à son terme. C’est à la fois agréable mais aussi un peu contraignant et la sensation d’étouffement n’est jamais loin, accentuée par un rythme parfois trop lent.

J’ai lu ce livre dans le cadre du Grand Prix des lectrices ELLE 2018, il a sélectionné dans la catégorie roman pour le mois de février.

Lire la suite de « Anna Hope : « La salle de bal » #RL2017 #GPdeslectricesELLE2018″