Philippe Delerm : « Et vous avez beau temps ? » La perfidie ordinaire des petites phrases

Entre la bière (La première gorgée de bière) et le mojito (Les eaux troubles du mojito), Philippe Delerm a inventé un genre qui lui est propre et que j’adore : l’instantané littéraire. Kesako ? Il pose un regard d’anthropologiste sur ces moments intimes de bonheur qui font le sel de la vie. Avec ce dernier recueil, Et vous avez eu beau temps ?, il s’intéresse à présent à décoder notre communication et le sous texte de ces petites phrases anodines que nous utilisons tous. Prêt(e)s à vous regarder dans un miroir ?

Près de 70 expressions sont expliquées, disséquées, racontées avec tendresse ou véhémence. En deux à trois pages maximum, à la manière d’un Polaroïd, Philippe Delerm fixe une situation et remonte dans les ombres, et parfois la lumière des apparences.

« C’est pas pour dire mais…

L’homme est un animal singulier. Il a reçu le don de la parole, mais l’abrite souvent sous des précautions oratoires plus ou moins subtiles. «En tout état de cause», «en revanche», «en même temps» précèdent alternativement ce qu’il va dire. Mais la plus étrange est sans doute «c’est pas pour dire», suivie d’un mais qui annonce que l’on va dire beaucoup. En fait, il va moins s’agir de dire que de médire. »

J’ai aimé le rythme, la diversité des phrases et des situations : des extraits de chanson, BD, romans, de phrases de présentateur télé (je vous recommande « N’oubliez pas… » où j’ai failli m’étouffer de rire) mais aussi toutes ces petites phrases « Il faudrait les noter », « Vous étiez là avant moi », « C’est juste insupportable », et le fameux « Pour être tout à fait honnête avec toi… » que l’on se retrouve à dire soi-même.

Philippe Delerm nous offre un petit ouvrage qui se picore avec bonheur et grincement de dent que je me ferai une joie d’offrir à mes proches en cornant quelques pages !

Présentation de l'éditeur : "Est-on sûr de la bienveillance apparente qui entoure la traditionnelle question de fin d’été : « Et… vous avez eu beau temps ? » Surtout quand notre teint pâlichon trahit sans nul doute quinze jours de pluie à Gérardmer… Aux malotrus qui nous prennent de court avec leur « On peut peut-être se tutoyer ? », qu’est-il permis de répondre vraiment ? À la ville comme au village, Philippe Delerm écoute et regarde la comédie humaine, pour glaner toutes ces petites phrases faussement ordinaires, et révéler ce qu’elles cachent de perfidie ou d’hypocrisie. Mais en y glissant également quelques-unes plus douces, Delerm laisse éclater son talent et sa drôlerie dans ce livre qui compte certainement parmi ses meilleurs. Inventeur d’un genre dont il est l’unique représentant, « l’instantané littéraire », Philippe Delerm s’inscrit dans la lignée des grands auteurs classiques qui croquent le portrait de leurs contemporains, tel La Bruyère et ses Caractères. Il est l’auteur de nombreux livres à succès, dont La Première Gorgée de bière, Je vais passer pour un vieux con ou Sundborn ou les Jours de lumière (prix des Libraires, 1997)."

Philippe Delerm, Et vous avez eu beau temps ?, Seuil, janvier 2018, 176 pages, 15 euros

Publicités

3 commentaires sur « Philippe Delerm : « Et vous avez beau temps ? » La perfidie ordinaire des petites phrases »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.