Claire Fuller : « Un mariage anglais »

« Un mariage anglais » pose la questions des choix intimes et de leurs conséquences sur nos rêves, nos espoirs. Renoncer à ses rêves d’indépendances, est-ce se trahir soi-même ou s’ouvrir à d’autres d’horizons ? Un roman profond et surprenant.

Et comme je l’ai beaucoup aimé, je vous le fais gagner en partenariat avec les éditions Stock ! Rendez-vous à la fin de cette chronique !

Ingrid a des rêves et la vie devant soi mais survient ce fameux mariage anglais qui donne le titre au roman et qui vous l’avait compris sera le cœur du livre.

Construit d’une manière très fine autour de la découverte de lettres d’Ingrid caché parmi les innombrables livres que comptent la maison, ce roman sait ménager du suspense ! Gil, son mari qui les découvre comprend que ces lettres lui sont adressé. Le lecteur comprend, à mesure qu’il rebrousse le passé par le contenu des lettres qu’un malheur est survenu dans ce cadre pourtant idyllique du bord du mer entre la une jeune étudiante et son professeur devenus mari et femme, père et mère.

« Je crois que ce n’est pas forcément bon d’avoir une imagination plus vivante et plus grande que la vie elle-même. »

Des promesses du début à la dureté du quotidien, cette histoire d’amour surprenante met en avant ceux qui restent après la disparition d’un être cher.

Les descriptions du bord de mer, de la nature, des séances de nage d’Ingrid, sont très sensuelles et belles. Elles offrent une respiration dans toute la tension dramatique qui se déploie au fil du roman.

De très belles pages aussi, sur la création littéraire puisque Gil est écrivain !

« Ecrire ne sert à rien tant que personne ne vous lit, et chaque lecteur voit quelque chose de différent dans un roman, dans un chapitre, dans une ligne. (…) Un livre ne prend vie que lorsqu’il entre en interaction avec un lecteur. Que pensez-vous qu’il se produise dans les creux, les non-dits, dans tout ce qui n’est pas écrit ? Le lecteur comble les vides avec sa propre imagination. »

J’ai aimé l’ambiance, la description du couple, fonctionnel puis dysfonctionnel, l’entente compliqué entre les deux sœurs secouées par les remords, les regrets et les interrogations de l’étrange disparition de leur mère.

Un roman très agréable à lire avec du suspense, de la réflexion et des rebondissements !

Si vous souhaitez gagner ce livre, dites-moi pourquoi vous avez de le lire en commentaire, un tirage au sort aura lieu le 27 juillet à 19h !

Présentation de l'éditeur : "Ingrid a 20 ans et des projets plein la tête quand elle rencontre Gil Coleman, professeur de littérature à l’université. Faisant fi de son âge et de sa réputation de don Juan, elle l’épouse et s’installe dans sa maison en bord de mer.
Quinze ans et deux enfants plus tard, Ingrid doit faire face aux absences répétées de Gil, devenu écrivain à succès. Un soir, elle décide d’écrire ce qu’elle n’arrive plus à lui dire, puis cache sa lettre dans un livre. Ainsi commence une correspondance à sens unique où elle dévoile la vérité sur leur mariage, jusqu’à cette dernière lettre rédigée quelques heures à peine avant qu’elle ne disparaisse sans laisser de trace."

Claire Fuller, Un mariage anglais, Stock, mai 2018, traduit de l’anglais par Mathilde Bach, 448 pages, 22 euros

Publicités

12 commentaires sur « Claire Fuller : « Un mariage anglais » »

  1. Pourquoi j ai envie de le lire ? Parce que comme d habitude tu nous allèches Bénédicte avec tes présentations… qui ne m ont encore jamais déçue et qu en + le sujet m interpelle… 🍀🍀🍀 belle journée ! Et

    J'aime

  2. Tes analyses sont toujours justes et pertinrentes…et ce livre semble faire rerésonance à ma vie…alors je tente ma chance et t’embrasse Bénédicte !

    J'aime

  3. Je participe à cette belle expérience pour plusieurs raisons; les vacances approchent et je n’ai pas encore finalisé ma valise de lectures à savourer 😉 , tes conseils et critiques sont toujours excellents, et c’est une thématique que j’affectionne: de L’histoire d’un mariage d’Andrew Sean Greer à L’intensité secrète de la vie quotidienne de Nicholson, en passant par Nous de David Nicholls, pas un été sans roman traitant de cette thématique, histoire d’aborder sereinement la rentrée !! je croise les doigts, et à bientôt j’espère !
    Bises

    J'aime

  4. L’eau à la bouche de lire ce livre:)
    J’adore les auteurs qui arrivent à retranscrire l’émotion d’un parfum, d’un embrun, de sensations furtives que tout un chacun a au plus profond de lui même.
    Une petite énigme de famille, je dis « oui! »
    Et si l’histoire se déroule dans une vieille maison de famille, sur un tapis de sable blanc et d’air iodé, quel beau roman pour un mois d’about en ville (Et oui je suis juilletiste cette année… bientôt la fin , ou le début d’une grande aventure livresque!:))
    Comme d’habitude, tu nous donne envie de lire ❣️
    Merci Bénédicte pour tes conseils! Je les utilise pour choisir mes lectures et pour faire mes cadeaux littéraires 😉

    J'aime

  5. Bonjour..quelle belle idée.. de me ramener..a ma passion pour tout ce suivestcanglais .on se fait si facilement happer par les USA..
    Et le mariage..mon dieu tant de choses à dire sur le renoncement en effet..qu’il y a de quoi écrire beaucoup plus qu’un roman..
    Alors oui.. je le lirai avec plaisir

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.