Christophe Guillaumot : « Abattez les grands arbres » #pmpp2018

Ce que je recherche dans un roman policier ? Un bon style, du suspense et apprendre quelque chose. Ce livre remplit tous ces critères haut la main mais les dépasse aussi avec des personnages attachants, des descriptions très réalistes et un souffle romanesque assez dingue.

J’ai lu ce livre dans la cadre du Prix du meilleur polar Points 2018.

Dans ce livre, il y a plusieurs histoires qui s’entremêlent. Un premier fil narratif se tisse autour du policier de la brigade des stups de Toulouse. Il est originaire de Nouvelle-Calédonie, on le surnomme Le Kanak et il donne du « vieux chameau » à peu près chaque personne qu’il croise. Un très portrait humaniste, tendre, drôle ce de policier incorruptible au grand coeur qui va mener une enquête non officielle…

« Il sait qu’il ne pourra pas s’arrêter là. Il veut comprendre.Il ne lâchera rien,parce qu’il est comme ça, entêté ,fouineur.Parce qu’il tient toujours à connaître le fin mot d’une histoire. Parce que c’est un flic,voilà tout. »

Cette enquête non officielle constitue le deuxième fil narratif, entre présent et passé, le Kanak fouille l’Histoire du génocide rwandais en Hutus et Tutsis et l’implication de la France et la fameuse opération Turquoise. Nul besoin d’être calé en  géopolitique, l’auteur expose les faits avec intelligence et questionnement mais sans conclusion, si ce n’est celle de faire la vérité. Le titre est chargé de sens et je vous laisse en découvrir la signification au cours de la lecture.

Les personnages secondaires : Avril, Six, les flics ripoux, Mama Loma apportent ce qu’il faut d’incarné et de réalisme à ce roman policier que je n’ai pas pu lâcher. Il va sans dire que je vais suivre les prochaines publications de Christophe Guillaumot qui m’a non seulement fait passer un excellent moment de lecture mais aussi appris plein de choses.

 

Présentation de l'éditeur: "À la brigade des Stups, on le surnomme le Kanak. Gardien de la paix au grand cœur, natif de Nouvelle-Calédonie, il en impose du haut de ses deux mètres. Intègre, il refuse de participer aux magouilles de ses collègues. Lorsqu’il découvre une famille africaine massacrée à coups de machette, il prend l'affaire à cœur et se promet de faire justice. Sur la piste d’une odieuse vengeance, le Kanak découvre une histoire où les bourreaux d’hier sont les victimes d’aujourd’hui."

Christophe Guillaumot, Abattez les grands arbres, Points, mars 2018, 312 pages, 7.50 euros

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.