Brice Homs : « Allons danser »

Brice Homs écrit à la toute fin de ses remerciements : « J’essaie d’écrire des romans dans lesquels on a envie d’habiter. » Et c’est exactement cela qu’il se produit quand on rencontre cette belle poignée de personnages haut en couleurs, en bagou, en rêves.

« Allons danser », sonne comme une invitation, une interjection lancée à une bande d’amis. « Allons danser », c’est un style proche de l’oralité qui déstructure pour mieux cueillir son lecteur. Il y a beaucoup de poésie, de ces petites choses qu’on ne voit qu’avec le coeur ou après avoir été égratigné par la vie.

« Tout ce qui est précieux demande de la patience et l’envie de l’offrir aux autres. »

Loretta, ne ressemble à aucune autre femme, aucune autre musicienne, pas même à celle qui vous viendra à l’esprit, connue pour ses perruques et sa voix de rocaille grave et profonde. Loretta est soleil. Elle illumine sa petite ville, se brûle pour la musique et consume d’amour Martin qui la regarde avec le coeur mais aussi avec un oeil clos derrière son appareil photo.

Par le prisme de la musique, dans une Louisiane, multiculturelle, forte de ses inspirations lointaines, Brice Homs invite le lecteur à suivre le destin, d’une jeune femme ordinaire à la voix de feu et au coeur d’or.

Baigné de musique cajun, de jambalaya, de guitare et de mots trop grands pour être portés seuls toute une vie, ce roman se dessine très vite comme généreux et instructif sur les courants musicaux mais aussi comme profondément humain. Une expérience de lecture dont l’on ressort le coeur gonflé de musique, d’espoir et de foi en nos choix singuliers.

Présentation de l'éditeur : Lafayette, Louisiane. Frange dans les yeux, tatouages sur l’épaule, Loretta chante, courbée sur sa guitare. Devant la scène, une foule joyeuse danse en rythme. Dans cette foule il y a Martin, un photographe français en rupture avec sa vie parisienne, à peine débarqué de l’avion. C’est le début d’une histoire d’amour qui va les emporter, de la poussière des routes qui sillonnent les bayous aux allées de Nashville. Loretta va gravir, une à une, toutes les marches du succès jusqu’à la vraie question : Et maintenant ? Est-elle prête à abandonner cette vie au milieu des siens, dans la nature grandiose de l’Atchafalaya, pour aller là où son talent peut la mener, très haut, trop loin ? Parce que, quoi que l’on gagne, choisir, c’est accepter de perdre. Perdre ce qu’on n’a pas choisi.

Brice Homs nous en convainc sans mal : quelle que soit la route que l’on choisit d’emprunter, chaque seconde de l’existence mérite d’être célébrée. Écrit dans une langue ciselée et percutante, Allons danser est un roman d’amour fou et un puissant portrait de femme libre, teinté de scènes lumineuses et de fragiles instants de vérité.

Brice Homs, Allons danser, Anne Carrière, février 2022, 347 pages, 19,90 euros

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.