Amelie Nothomb : « Frappe-toi le coeur » #RL2017

Que serait une rentrée littéraire sans Amélie Nothomb ? Je n’ose même pas l’imaginer ! Ce 26e roman est une bombe littéraire qui noue deux fils : la relation mère-fille et une exploration de la jalousie

Lire la suite de « Amelie Nothomb : « Frappe-toi le coeur » #RL2017″

Publicités

Évelyne Pisier, Caroline Laurent : « Et soudain, la liberté » #RL2017

Caroline Laurent a le don de révéler, d’accoucher les mots des autres, elle est un « éditeur garagiste »comme elle se plaît à le dire dans les premières pages du livre. Les rencontres et leurs aléas lui ont fait traverser le miroir et devenir écrivain. Ce premier roman, d’une authenticité folle, d’une justesse de ton rare et d’un allant plein de grâce est pour moi, je veux le croire, le signe de la naissance d’un grand écrivain de ce siècle.

Lire la suite de « Évelyne Pisier, Caroline Laurent : « Et soudain, la liberté » #RL2017″

Véronique Olmi : « Bakhita » #RL2017

Vous avez envie de partir loin ? De quitter votre quotidien ?  D’ouvrir la porte d’un monde aux antipodes de votre confort et de renouer avec les grandes fresques romanesques ? « Bakhita » c’est un destin chahuté, une vie incroyable, une volonté d’exister et d’apprendre le monde, un regard sur la différence, un cri contre l’injustice.  Prêt(e)s ?

Lire la suite de « Véronique Olmi : « Bakhita » #RL2017″

Monica Sabolo : « Summer » #RL2017

Comment survivre à la disparition d’un être cher ? Comment apprivoiser l’absence et l’attente ? Pourquoi oublier et se souvenir ?

Monica Sabolo doit avoir un lien très particulier avec les fantômes. (Non, ne l’imaginez pas en ghostbusters ! ) Dans « Tout cela n’a rien à voir avec moi« , elle nous parlait d’un amour fantôme, de ses reliques et de son âge d’or. Dans « Crans Montana« , elle mettait en scène une constellation d’adolescentes se construisant à la recherche perpétuelle des limites de leur prison dorée.

Son nouveau roman « Summer » est hypnotique, énigmatique, il porte les accents de ses précédents livres mais se démarque par sa puissance, son élégance et sa chute. Il y est aussi question d’une disparue qui hante à la manière d’un fantôme les existences de ceux qui restent. J’apprécie toujours autant retrouver cette pudeur et cette délicatesse pour dire la gravité des existences volées.

J’ai lu ce livre dans le cadre du Grand Prix des lectrices de ELLE 2018, il est le livre sélectionné par le jury de septembre dans la catégorie « roman » et concoure donc pour le prix !

Lire la suite de « Monica Sabolo : « Summer » #RL2017″

Lola Lafon : « Mercy, Mary, Patty » #RL2017

Je suis rentrée dans l’univers de Lola Lafon avec son précédent roman : « La petite communiste qui ne souriait jamais » dont j’avais aimé le style et la prépondérance de l’enquête par l’auteur dans le livre. Avec ce nouvel opus, autant vous le dire toute de suite, je n’ai pas été déçue.

Fiction ou réalité ?  Héroïne révolutionnaire ou pauvre petite fille manipulée ? L’auteure revisite un fait divers sulfureux et dérangeant comme seuls les américains savent faire. En jouant sur la multiplication des voix, des temporalités, des identités, elle signe un livre addictif.

J’ai lu ce livre dans le cadre du Grand Prix des lectrices de ELLE 2018, il fait partie de la sélection d’octobre, catégorie « roman ».

Lire la suite de « Lola Lafon : « Mercy, Mary, Patty » #RL2017″

Delphine Bertholon : « Cœur-naufrage »

Delphine Bertholon est une talentueuse auteure qui trace une très belle route aux lisières de l’émotion, de la prise de conscience collective et la réconciliation avec soi.
Dans ses romans, être soi n’est jamais simple. Dans Grâce, c’est le poids des ans et l’insolence de la jeunesse qui sont le meurtrier d’une famille sans histoire. Dans Le soleil à mes pieds, c’est le destin de deux sœurs au bouleversant secret. Dans Les corps inutiles, c’est le poids du silence qui a eu raison d’une jeune fille.

Ici, avec Coeur-naufrage, Delphine  Bertholon détricote une vie faite de choix, de renoncements et de rêves enfouis.

Lire la suite de « Delphine Bertholon : « Cœur-naufrage » »