Olivier Adam : « La renverse »

La renverse

Présentation de l'éditeur : " "Ce n'est qu'au moment d'entrer dans le bar-tabac que la nouvelle m'a vraiment heurté, qu'elle a commencé à filer le tissus du drap que je tendais depuis des années sur cette partie de ma vie. J'ai demandé deux paquets de cigarettes, salué les habitués du plat du jour. Au-dessus des tables, un téléviseur s'allumait sur une chaîne d'information en continu. A l'instant où j'y posé les yeux, le visage éminemment télégénique de Jean-François Laborde s'est figé sur l'écran. J'ai demandé qu'on augmente le volume. On annonçait son décès dans un accident de voiture. Suivait un rappel succinct de sa biographie. Fugacement, la pensée, absurde étant donné le temps accordé à l'information, qu'il n'avait pas été fait mention de ma mère m'a traversé l'esprit." Dans La renverse, Olivier  Adam retrace l'itinéraire d'Antoine, dont la vie s'est jusqu'à présent écrite à l'ombre du scandale public qui a éclaboussé sa famille quand il était encore adolescent. Et ce faisant, il nous livre un grand roman sur l'impunité et l'humiliation, explorées au sein de la famille comme dans l'univers politique."

Olivier Adam a publié une quinzaine romans dont beaucoup ont été adaptés au cinéma. Primé plusieurs fois et acclamé par la critique, il a su conquérir les meilleures ventes et le cœur des lecteurs avec des romans intimistes, le plus souvent recentré autour de la famille et surtout écrit à hauteur d’homme.

Il y a toujours eu quelque chose d’enfoui, de timide, qui se tapi dans les romans d’Olivier Adam. Quelque chose que l’on doit gratter, ou regarder attentivement pour en percevoir la profondeur. Ce roman n’y échappe pas et s’inscrit au plus proche des sentiments et sensations des personnages en quête de renaissance et de reconstruction.

Olivier Adam augure avec ce titre, La renverse (un phénomène maritime entre marée montante et marée descendante où les courants sont nuls) un roman prenant sur le fil, tout en tension, en attente de l’événement qui fera basculer les vents et la vie du narrateur. Et c’est réussit.

Lire la suite de « Olivier Adam : « La renverse » »

Xavier Durringer : « Sfumato »

Sfumato

Logo 68

Présentation de l'éditeur : "La vie de Raphaël est coupée en deux.
D’un côté, le vertige rock’n’roll au 1 passage de la Main d’Or. Les rapports fumeux avec ses voisins, ses histoires d’amour hallucinantes, ses nuits à s’enfermer dans le théâtre Marie Stuart, son ami Simon largué par la femme de sa vie après une semaine de vie commune, son petit frère qui cherche par tous les moyens à s’échapper en se diluant dans une petite cuillère. Et le souvenir mordant de Madeleine, fille d’un écrivain célèbre, ancienne mannequin cramée par la coke.
De l’autre, sa rencontre énigmatique avec Viktor, vieux juif russe initié, batteur de jazz et ancien conseiller à la Maison Blanche, qui lui ouvre les portes d’un univers inconnu, merveilleux et effrayant. Devant La Joconde, Viktor affirme que ce n’est pas un tableau mais une cartographie. Et que lui, Raphaël, doit retrouver l’endroit caché sous les voiles brumeux du sfumato.
Et si tout cela n’était qu’une énorme farce, un grand jeu où Raphaël se serait définitivement perdu ?
Il n’y a pas de hasard sans cause."

Xavier Durringer est dramaturge, scénariste et réalisateur. Il a créé et dirigé sa propre compagnie de théâtre pour laquelle il a écrit et mis en scène de nombreux spectacles. En 2010, il réalise le film « La Conquête », son dernier long métrage présenté en sélection officielle au Festival de Cannes 2011, il a aussi réalisé des séries pour la télévision dont « La source » diffusée sur France 2 en 2013. Il a publié de nombreuses pièces de théâtre. Sfumato est son premier roman.

Lire la suite de « Xavier Durringer : « Sfumato » »

Delphine de Vigan : « Les heures souterraines »

les heures souterraines

Présentation de l'éditeur : Chaque jour, Mathilde prend la ligne 9, puis la ligne 1, puis le RER D jusqu’au Vert-de-Maisons. Chaque jour, elle effectue les mêmes gestes, emprunte les mêmes couloirs de correspondance, monte dans les mêmes trains. Chaque jour, elle pointe, à la même heure, dans une entreprise où on ne l’attend plus. Car depuis quelques mois, sans que rien n’ait été dit, sans raison objective, Mathilde n’a plus rien à faire. Alors, elle laisse couler les heures. Ces heures dont elle ne parle pas, qu’elle cache à ses amis, à sa famille, ces heures dont elle a honte.
Thibault travaille pour les Urgences Médicales de Paris. Chaque jour, il monte dans sa voiture, se rend aux adresses que le standard lui indique. Dans cette ville qui ne lui épargne rien, il est coincé dans un embouteillage, attend derrière un camion, cherche une place. Ici ou là, chaque jour, des gens l’attendent qui parfois ne verront que lui. Thibault connaît mieux que quiconque les petites maladies et les grands désastres, la vitesse de la ville et l’immense solitude qu’elle abrite.
Mathilde et Thibault ne se connaissent pas. Ils ne sont que deux silhouettes parmi des millions. Deux silhouettes qui pourraient se rencontrer, se percuter, ou seulement se croiser. Un jour de mai. Autour d’eux, la ville se presse, se tend, jamais ne s’arrête. Autour d’eux s’agite un monde privé de douceur. 
Les heures souterraines est un roman sur la violence silencieuse. Au cœur d’une ville sans cesse en mouvement, multipliée, où l’on risque de se perdre sans aucun bruit.

Delphine de Vigan publie un 5e roman fort et poignant sur les solitudes urbaines.

Lire la suite de « Delphine de Vigan : « Les heures souterraines » »

« Temps livre » ou les romans de votre été

été 2015

Voilà, c’est l’été! L’été tant attendu synonyme de vacances, de « temps livre ».
Souvent c’est le manque de place dans vos valises qui influence le choix du volume, par sa taille et son poids.

Voici une sélection de livres légers en poids mais gonflés en émotions!

Bel été !

  • Thomas B. Reverdy, Les évaporés, Livre de poche, 2015

→ Pour voyager sur votre serviette
Un roman entre Japon et Etats-Unis qui aborde un phénomène de société dramatique au pays du soleil levant : la disparition volontaire d’adultes.

  • David Foenkinos, La délicatesse, Folio, 2010

→ Pour séduire sans en avoir l’air
Une Nathalie rencontre un François; ils s’aiment; il meurt; elle est triste; son patron la drague avec lourdeur; c’est un Markus qui emporte la mise; mais Markus est laid et c’est un problème pour les autres. Nathalie, elle, est sous le charme de sa délicatesse. Drôle et profond.

  • Yves Grevet, La maison (t1 Méto), Pocket jeunesse, 2013

→ A piquer à ses enfants
Saga en 3 tomes. Une dystopie incroyable où plus que jamais la liberté est au cœur des enjeux.

  • Delphine Bertholon, Grâce, Le livre de poche, 2013

→ Pour ne pas prendre de baby-sitter
Diablement bien construit un roman mi-polar, mi-psychologique où les secrets de famille éclatent avec fantômes et fracas. Le passé finit-il toujours par nous rattraper?

  • Grégoire Delacourt, La liste de mes envies, Le livre de poche, 2013

→ A prêter à sa belle-mère
Argent, rêves et bonheur font-ils bon ménage ? Une fable douce amère pour se recentrer sur l’essentiel.

  • Serge Joncour, U.V., Folio, 2007

→ Pour profiter du soleil
Serge Joncour manie les ficelles d’un huis clos et fait monter la tension au fil des pages. Le soleil va-t-il révéler la vraie nature de Boris aux riches habitants de cette villa avec vue sur mer ?

  • 13 à table, Pocket, 2014

→ A lire par petits bouts
Treize nouvelles autour de la thématique du repas pour Les restau du Cœur. Rassemblant de jolies plumes ce recueil est riche grâce à la diversité de nouvelles qu’il propose allant du drame, au fantastique en passant par le feel’s good book.

  • Haruki Murakami, Kafka sur le rivage, 10/18, 2009

→ Pour s’évader
Construit comme un miroir entre deux destins, ce roman d’initiation mêle traditions occidentales et sagesse de l’empire de soleil levant. Une expérience de lecture dont vous sortirez changé, plus sage ou plus audacieux.

  • Michel Bussi, N’oublier jamais, Pocket, 2015

→ Pour réveiller le détective qui sommeille en vous
Avec pour décor d’incroyables falaises, ce roman policier vous emmène aux confins de la vérité et de la manipulation. Une énigme haletante pour un drame original.

  • Romain Puértolas, L’incroyable voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire IKEA », Le livre de poche, 2015

→ Pour rire
Un roman complètement déjanté, léger et vif, avec un fakir dont le péripéties rocambolesques vous donneront envie de tourner les pages.

  • Maylis de Kerangal, Réparer les vivants, Folio, 2015

→ Pour pleurer
24H de la vie d’un cœur. Un roman poignant et fort sur la mort mais aussi la vie.

  • Benjamin Constant, Adolphe, Pocket, 1998

→ Pour réviser ses classiques
Roman de l’amour romantique par excellence, « Adolphe » vous entraîne au plus profond des sentiments et de l’humain.

  • Muriel Barbery, Une gourmandise, Folio, 2002

→ A dévorer
Un ancien critique gastronome au seuil de la fin de sa vie nous confie ses petites épiphanies gourmandes. Plaisir des sens et du ventre comme autant de petites pépites à déguster!

  • Harold Cobert, Le rendez-vous manqué de Marie-Antoinette, Le livre de poche, 2012

→ Pour changer d’époque
Un rendez-vous secret pour changer le cours de l’histoire. Une écriture classique et prenante fait de ce roman un agréable moment de lecture au cœur de la monarchie.

  • Yannick Grannec, La déesse des petites victoires, Pocket, 2014

→ Pour se cultiver
Une plongée dans les archives de Kurt Gödel, le plus fascinant et hermétique mathématicien du XXe siècle. Menée comme une enquête par une jeune documentaliste qui rencontre la veuve du grand homme, un roman passionnant de la Vienne flamboyante des années 1930 au Princeton de l’après-guerre ; de l’Anschluss au maccarthysme ; de la fin de l’idéal positiviste à l’avènement de l’arme nucléaire.

  • Sophie Adriansen, Max et les poissons, Nathan poche, 2015

→ Pour échanger en famille
L’histoire se déroule en France pendant la Seconde Guerre mondiale. Max est un enfant comme les autres, il a des rêves pleins la tête et ne veut que passer son temps à rire, jouer et s’amuser. Mais voilà, ce petit garçon est juif et doit porter une étoile. Un livre très adapté pour aborder la seconde guerre mondiale, les camps en France et le travail des Justes pour les enfants à partir de 9 ans.

Cécile Coulon : « Le cœur du Pélican »

Le coeur du pelican

Présentation de l'éditeur : Anthime, un adolescent inséparable de sa sœur Helena, 
vient d’emménager dans une banlieue de province avec toute sa famille. 
Il craint de ne pas s’intégrer dans cette nouvelle communauté où personne ne l’attend.
Pourtant, il va vite trouver le moyen de se distinguer et de se faire connaître. 
Lors d’une kermesse, il s’illustre par sa rapidité au jeu de quilles. 
Il n’en faut pas plus à Brice, un entraîneur obèse et bonhomme, pour l’enrôler dans
la course à pied. Anthime, surnommé le Pélican, excelle dans cette discipline et 
devient un exemple et un symbole pour toute la région. Sa voisine Joanna l’adule 
mais le coureur n’a d’yeux que pour Béatrice, une camarade de classe, belle et 
charnelle, et qui ne reste pas, elle non plus, insensible à son charme… La veille 
d’une course déterminante, ils échangent un baiser qui scellera leur relation 
devenue désormais impossible à cause de la chute d’Anthime, qui s’effondre aux portes 
de la gloire… Vingt ans plus tard, alors qu’il a tout abandonné, désormais bedonnant,
et qu’il vit un amour médiocre avec Joanna, Anthime reçoit un électrochoc. 
Il sort de sa torpeur lorsque ses anciens camarades de classe lui lancent le défi de 
traverser le pays en courant.  
Le Pélican retrouvera-t-il en lui la force de redevenir un champion et combler, par la même occasion, son orgueil

Cécile Coulon est une jeune auteur qui a publié 7 ouvrages, des nouvelles, des romans bien sûr et un roman policier.  Après des études en hypokhâgne et khâgne à Clermont-Ferrand, elle poursuit des études de Lettres Modernes. Elle se consacre actuellement à une thèse: « Sport et Littérature ».

« Le monde ne comprendra jamais que les grands hommes ne sont pas ceux qui gagnent mais ceux qui n’abandonnent pas quand ils ont perdu. »

 Un roman choral qui détonne et suit avec beaucoup de souffle, Anthime aux espoirs déçus. Que reste-t-il de nos rêves d’enfant, des envies de gloire, des espoirs de records, et des remords et des regrets? Anthime, adolescent à la foulée rapide, et au coeur lourd d’envies et d’interdits, parviendra-t-il à être le Pélican (celui qui s’arrache le coeur pour nourrir ses petits?) Dans une banlieue ordinaire, dans une middle classe bien étriquée, bien policée, bien ordonnée, les rêves de grandeur et de s’échapper en courant d’un jeune garçon vont ébranler plusieurs vies. Passer à côté de sa vie parce qu’on ne se relève pas d’une chute, est le thème de ce roman, où Cécile Coulon travaille en coureur de fond, la forme et le sens.

« Tout ce qui fait battre ton coeur mérite d’être vecu.Tout ce qui te blesse,tout ce qui ouvre des crevasses te donne de l’épaisseur. »

J’ai aimé, le style vif, le vocabulaire moderne et précis, la manière dont est saisi la psychologie des personnages, l’ambiguïté des relations entre Anthime et sa soeur. Il y a une évanescence qui se dégage du roman et une grandeur fraicheur malgré la dureté du thème. Dans le monde de Cécile Coulon, rien ne sert de courir, il faut d’abord savoir se relever. A méditer!

Cécile Coulon, Le coeur du pélican, Viviane Hamy, janvier 2015, 240 pages, 18 euros