Jeu[x]-dit #2 : La réponse

Mais qui se cache derrière ce très beau texte ?

wordcloud-2

Il s’agit de Delphine de Vigan dans un extrait de Rien ne s’oppose à la nuit.

« Je ne sais plus quand est venue l’idée d’écrire sur ma mère, autour d’elle, ou à partir d’elle, je sais combien j’ai refusé cette idée, je l’ai tenue à distance, le plus longtemps possible, dressant la liste des innombrables auteurs qui avaient écrit sur la leur, des plus anciens au plus récents, histoire de me prouver combien le terrain était miné et le sujet galvaudé, j’ai chassé les phrases qui me venaient au petit matin ou au détour d’un souvenir, autant de débuts de romans sous toutes les formes possibles dont je ne voulais pas entendre le premier mot, j’ai établi la liste des obstacles qui ne manqueraient pas de se présenter à moi et des risques non mesurables que j’encourais à entreprendre un tel chantier. »

Des poches dans le maillot – Les livres de votre été

 

L’été arrive enfin, promesses de temps ralenti, de corps alanguis et de temps liVre.
Pour vous accompagner dans cette période propice à la lecture, j’ai sélectionné des poches pour leurs poids plume.

Voici une sélection de livres légers en poids mais gonflés en émotions!

Bel été !

Lire la suite de « Des poches dans le maillot – Les livres de votre été »

Jour 15 : Delphine de Vigan : « D’après une histoire vraie »

avent

d'après une histoire vraie

Présentation de l'éditeur : " Tu sais parfois, je me demande s’il n’y a pas 
quelqu’un qui prend possession de toi. "

Delphine de Vigan est une romancière et réalisatrice française. Elle est l’auteure de sept romans. En 2007, No et moi  l’a fait connaitre au grand public et a reçu le Prix des libraires. En 2011,  Rien ne s’oppose à la nuit se révèle être un grand succès critique dans les médias et un coup de cœur des lecteurs.

Ce 8e roman est fidèle à cette écriture toute en finesse des précédents romans mais apporte une réflexion nouvelle et approfondie sur la littérature et la notion de réel qui est réclamée à corps et à cris par des lecteurs de plus en plus avides de « vrai ». Il a été distingué de Prix Renaudot et du prix Goncourt des lycéens.

Lire la suite de « Jour 15 : Delphine de Vigan : « D’après une histoire vraie » »

Retour sur « Les bibliothèques idéales » 2015

 bi_2015

Les « bibliothèques idéales » c’est ce rendez-vous des livres tant attendu par de nombreux amoureux des livres et de la littérature. Depuis 9 ans, la ville de Strasbourg programme des rencontres dans les librairies et les médiathèques. Peu à peu le programme s’est étoffé et la salle de l’Aubette a fait sont entrée dans la topographie culturelle.

Pendant 10 jours, du 10 au 20 septembre, la littérature est au cœur de la vie culturelle dans la capitale européenne. La thématique choisie cette année est celle de l’incertitude. Et quoi de plus salvateur que de douter et de ne pas céder aux pensées à l’emporte-pièces. Plus de 90 rencontres sont programmées. Parmi les nombreux invités conviés à l’événement on notera la présence de Beate et Serge Klarsfeld, Jean d’Ormesson, Eric-Emmanuel Schmitt, Amélie Nothomb, Delphine de Vigan,  Frédéric Beigbeder, Franck Thilliez et bien d’autres encore…De la littérature bien sûr mais aussi de quoi élever le débat bien au delà.

Cette année, Francois Wolfermann, a largement contribué à la programmation de la salle de l’Aubette et m’a confiée trois rencontres, trois grands moments de littérature et de partage.

Vendredi 11 septembre à 20h, une courte rencontre avec Delphine de Vigan (D’après une histoire vraie)  en prélude à la lecture musicale avec La grande Sophie

Plus de 700 personnes étaient présentes selon les organisateurs, un beau baptême du feu donc avec cette auteure qui fut aussi la toute première que j’ai interviewé pour la médiathèque Mélanie de Pourtalès.

Delphine de Vigan & Bénédicte Junger & La Grande Sophie

© Droits réservés

C’est sur ce petit banc, dans une forme propice à la confidence (abstraction faite des 700 paires d’yeux de la salle…) que j’ai pu enfin poser les questions qui me brûlaient tant les lèvres !

Bibliothèques idéales 2015 avec Delphine de Vigan

© Jim Harmes

Bibliothèques idéales

© Alban Hefti

La rencontre entre les textes de ces deux artistes est forte et profonde, une belle énergie a conquis la salle. Voici probablement l’extrait lu du roman Les heures souterraines qui m’a le plus marquée lors de cette lecture musicale.

lecture musicale La Grande Sophie et Delphine de Vigan (CR Bénédicte Junger)

©Bénédicte Junger

Dimanche 13 septembre à 15H, une rencontre croisée autour des « destins de femme » avec Carole Martinez (La terre qui penche) et Agnès Desarthe (Ce coeur changeant)

Bibliothèques idéales 2015

© Droits réservés

Agnès Desarthe & Carole Martinez BI 2015

© Droits réservés

Avec plaisir j’ai retrouvé Carole Martinez, cette formidable femme et auteure à l’univers où la magie affleure tout le long de ses romans et apporte un souffle tantôt épique tantôt dramatique. J’ai rencontré pour la première fois Agnès Desarthe pour le première fois toute auréolée de son prix du roman de l’année décernée par Le Monde. Deux auteures confirmées qui se sont lues et on pu dialoguer en toute intelligence et avec beaucoup d’écoute. C’était un moment fort agréable où les destins de femmes ont été mis à l’honneur.

Agnès Desarthe & Bénédicte Junger & Carole Martinez

© Droits réservés

Dimanche 20 septembre à 15H30, une table ronde avec Diane Brasseur (Je ne veux pas d’une passion), Emilie Frèche (Un homme dangereux) et Héléna Marienské (Les ennemis de la vie ordinaire)

Diane Brasseur & Emilie Frèche & Héléna Marienské

© Jim Harmes

Emilie Frèche & Héléna Marienské

© Jim Harmes

Dimanche, j’ai animé ma première table ronde autour de la thème de l’amour et de la passion amoureuse. Trois jeunes auteures talentueuses aux romans aux trajectoires opposés mais néanmoins reliées par cette envie d’approfondir leur recherche de la compréhension des relations humaines. C’était un de ces moments d’écoute et d’échange comme je les aime.
Emilie Frèche & Bénédicte Junger & Diane Brasseur & Helena Marienské

© Droits réservés

Les Bibliothèques idéales vont fêter leur 15 ans, en 2016. Il y a fort à parier que ce soit une édition exceptionnelle. Rendez-vous en septembre 2016 pour tous les amoureux du livre!

Delphine de Vigan : « Les heures souterraines »

les heures souterraines

Présentation de l'éditeur : Chaque jour, Mathilde prend la ligne 9, puis la ligne 1, puis le RER D jusqu’au Vert-de-Maisons. Chaque jour, elle effectue les mêmes gestes, emprunte les mêmes couloirs de correspondance, monte dans les mêmes trains. Chaque jour, elle pointe, à la même heure, dans une entreprise où on ne l’attend plus. Car depuis quelques mois, sans que rien n’ait été dit, sans raison objective, Mathilde n’a plus rien à faire. Alors, elle laisse couler les heures. Ces heures dont elle ne parle pas, qu’elle cache à ses amis, à sa famille, ces heures dont elle a honte.
Thibault travaille pour les Urgences Médicales de Paris. Chaque jour, il monte dans sa voiture, se rend aux adresses que le standard lui indique. Dans cette ville qui ne lui épargne rien, il est coincé dans un embouteillage, attend derrière un camion, cherche une place. Ici ou là, chaque jour, des gens l’attendent qui parfois ne verront que lui. Thibault connaît mieux que quiconque les petites maladies et les grands désastres, la vitesse de la ville et l’immense solitude qu’elle abrite.
Mathilde et Thibault ne se connaissent pas. Ils ne sont que deux silhouettes parmi des millions. Deux silhouettes qui pourraient se rencontrer, se percuter, ou seulement se croiser. Un jour de mai. Autour d’eux, la ville se presse, se tend, jamais ne s’arrête. Autour d’eux s’agite un monde privé de douceur. 
Les heures souterraines est un roman sur la violence silencieuse. Au cœur d’une ville sans cesse en mouvement, multipliée, où l’on risque de se perdre sans aucun bruit.

Delphine de Vigan publie un 5e roman fort et poignant sur les solitudes urbaines.

Lire la suite de « Delphine de Vigan : « Les heures souterraines » »

Delphine de Vigan : « D’après une histoire vraie »

d'après une histoire vraie

Présentation de l'éditeur : " Tu sais parfois, je me demande s’il n’y a pas 
quelqu’un qui prend possession de toi. "

Delphine de Vigan est une romancière et réalisatrice française. Elle est l’auteure de sept romans. En 2007, No et moi  l’a fait connaitre au grand public et a reçu le Prix des libraires. En 2011,  Rien ne s’oppose à la nuit se révèle être un grand succès critique dans les médias et un coup de cœur des lecteurs.

Ce 8e roman est fidèle à cette écriture toute en finesse des précédents romans mais apporte une réflexion nouvelle et approfondie sur la littérature et la notion de réel qui est réclamée à corps et à cris par des lecteurs de plus en plus avides de « vrai ».

Lire la suite de « Delphine de Vigan : « D’après une histoire vraie » »