Maud Simonnot : « L’enfant céleste » #RL2020

« (…) face aux courants marins et aux vents, tant qu’on lutte contre on n’avance pas, alors que si on les utilise on peut aller où on veut. »

Maud Simonnot invite son lecteur à porter son regard haut, haut vers les étoiles, le nez chatouillé par les odeurs de forêt et de secrets. Histoire d’une renaissance et d’une acceptation de soi, ce roman cueille par sa douceur et son érudition délicate.

Lire la suite de « Maud Simonnot : « L’enfant céleste » #RL2020″

Isabelle Carré : « Du côté des Indiens » #RL2020

Isabelle Carré m’avait enchantée avec Les rêveurs en 2018. Son deuxième roman poursuit l’exploration des relations humaines au sein d’une famille où chacun caresse des rêves et s’arrange avec la réalité. Derrière ce titre énigmatique se cache un monde diffracté par l’envie et les certitudes où le lecteur assiste, mi-témoin mi-spectateur, à une comédie dramatique sensible et engagée. On en ressort un peu hébété, marqué durablement par ces destins familiers. Lire la suite de « Isabelle Carré : « Du côté des Indiens » #RL2020″

Jean-Baptiste Andrea : « Cent millions d’années et un jour » #RL2019

« On devient paléontologue parce qu’on aime les histoires. Pour en raconter à soi et aux autres. »

Quel est le dernier livre que vous ayez lu qui vous ait cueilli(e)s ? Moi, c’est celui-ci.
Un livre de poussière et de neige, de traces du passé proche ou lointain et de cette incroyable folie qui est de croire en ses rêves.
Lire la suite de « Jean-Baptiste Andrea : « Cent millions d’années et un jour » #RL2019″

Nathalie Piégay : « Une femme invisible » #RL2018

Cela fait maintenant plusieurs romans que je lis sur les années folles et les années qui en découlent. L’excellent roman, « La nuit pour adresse » de Maud Simonnot sur Mac Almon, l’attachante « Légende d’un dormeur éveillé » sur Robert Desnos de Gaëlle Nohant et le portrait à quatre mains des soeurs Berest sur leur grand mère, épouse de Picabia dans le roman « Gabriele« . J’aime donc cette époque, cette effervescence créatrice, ces prises de positions fortes des artistes et bien sur la musique d’Eric Satie. Lisez à ce propos l’excellent livre de Stéphanie Kalfon « Les parapluies d’Erik Satie« .
Celui ci s’inscrit dans une singularité car comme son nom l’indique il s’attache à explorer la vie d’une femme de l’ombre, la mère de Louis Aragon.

Lire la suite de « Nathalie Piégay : « Une femme invisible » #RL2018″

Lilja Sigurdardóttir : « Piégée » #PMPP2018

« Piégée » porte bien son nom. Je me suis totalement sentie capturée par cette histoire, additive au possible et pleine de suspense. Et en plus, pour une fois, c’est une héroïne et elle a drôlement du cran.

J’ai lu ce livre dans le cadre du  Prix du meilleur polar des éditions Points.

Lire la suite de « Lilja Sigurdardóttir : « Piégée » #PMPP2018″

Loulou Robert : « Sujet Inconnu »

Vivre. Là est toute la question du roman de Loulou Robert.
Survivre aussi. Survivre à qui l’on est et à celle que l’on voudrait être. Survivre pour vivre enfin la vie que l’on souhaite mener. Cela ne vous rappelle rien ? Et si cette jeune auteure était la nouvelle Françoise Sagan ?  Lire la suite de « Loulou Robert : « Sujet Inconnu » »