Citation de la semaine

La citation de la semaine

« Je lui ai demandé s’il était heureux de vivre dans la nature. Il a haussé les épaules :
– Quand on fait partie de la nature, comme moi, on ne se pose plus la question de l’aimer ou pas. La nature, j’en suis. »

Franck Courtès in Sur une majeure partie de la France

Publicités

Chut c’est un secret avec Franck Courtès

secrets d'écrivains par bénédicte jungerFranck Courtès est auteur au regard vif et à la plume acérée. Pas de circonvolutions dans son écriture, c’est franc et direct, comme un uppercut. J’ai découvert cet auteur avec son premier livre publié : des nouvelles dans Autorisation de pratiquer la course à pied. Il a aussi publié un roman autour des relations père/enfant Toute ressemblance avec le père. J’ai rencontré et accueilli Franck à la médiathèque de la Robertsau en février 2014. C’est avec toute la concision que je lui connais qu’il a répondu à ces questions. Merci à lui.

franck courtes

© Bénédicte Junger

1. Comment êtes-vous venu(e) à l’écriture? D’où vous en vient l’envie?

Je suis entré en écriture quand je me suis senti sortir de la photographie. J’en avais atteint mes limites, il était temps de continuer l’aventure avec un autre moyen plus vaste.

2. Quel est votre plus beau souvenir d’auteur?

Le jour où j’ai reçu une pluie de textos dont le premier était de Baptiste Liger, un journaliste que j’apprécie particulièrement: « Bravo pour le Goncourt! » Le mot « Goncourt », vous pouvez faire le test, ça change le visage de tous les écrivains, il y en a qui s’évanouissent, d’autres qui vomissent mais ça c’est un autre problème. J’ai vu des mouches danser devant mes yeux et quelques minutes plus tard, j’ai vérifié sur leur site que j’étais en finale de la sélection du Goncourt de la nouvelle. On ne m’avait rien dit! Est ce qu’on parle du pire souvenir quand je ne l’ai pas eu? Ah Ah Ah!

3. Que pensez-vous de cette citation de Fernando Pessoa « La littérature est la preuve que la vie ne suffit pas »?

Pour être franc, les citations m’énervent, toutes ces affirmations m’ennuient. Disons que celle-la semble bien intelligente, bien sûr. Rappelez moi de ne jamais en user quand viendra l’âge et le succès.

4. Quel livre aimez-vous offrir?

Les miens, parce que les gens ont l’air encore plus contents. Mais je crois que c’est parce que je suis devant eux…

5. Quels sont vos projets littéraires?

Trois projets de romans, un recueil de nouvelles. En janvier mon prochain roman chez Lattès.

6. Y a-t-il une question que je ne vous ai pas posé à laquelle vous auriez aimé répondre? Souhaitez-vous ajouter quelque chose?

Une question que vous ne m’avez pas posée: Aimez vous les chats? Réponse: oui, bien sûr.

7. J’allais oublier… avez-vous un secret à nous confier?

Un secret? Je déteste les chats! Je dois être le seul dans le milieu littéraire… Mais si ça s’apprend, ce métier est fini pour moi.

Franck Courtès : « Autorisation de pratiquer la course à pied »

franck courtes
Présentation de l'éditeur: "Les copains des maisons de campagne, un jeune homme 
confronté à la lâcheté, un père divorcé qui s’inscrit à un jeu télévisé pour 
conquérir ses enfants, une jeune femme qui sacrifie tout pour courir le marathon, un bobo parisien qui contemple le monde dans un restaurant japonais. Au cours de 
ces nouvelles, du cœur de la ville au cœur de la campagne, Franck Courtès déroule le fil  ténu de nos vies. Il dit avec maestria ces tremblements de terre intimes 
et silencieux qui font basculer chacun de ses héros et qui les rendent si 
fragiles."

Franck Courtès a d’abord posé son regard sur le monde en étant photographe indépendant. En 2013, il choisi de donner un prolongement à son univers en utilisant des mots, il publie un premier recueil de nouvelles : « Autorisation de pratiquer la course à pieds et autres échappées ». (Prix SGDL du premier recueil de nouvelles)

« J’ai cru pouvoir assumer seul ma honte, me trouver des excuses.J’ignorais que ce purgatoire serait éternel. La seule chose qui m’ a fait du bien durant toutes ces années, c’est la fatigue, parce qu’on se fatigue de tout, même de se haïr. »

De l’enfance qui nous échappe aux lâchetés quotidiennes qui nous rattrapent, il réussit le tour de force de nous captiver en décrivant le quotidien. Au cours de ses nouvelles, il fixe comme un polaroid, les bouleversements intimes et silencieux, les blessures invisibles et les regrets inavouables de ses personnages en quête d’un autre demain. Ses héros sont fragiles et tendres, émouvants avant tout. Une révolte sourde perce à plusieurs moments dans le destin de ces personnages, pas toujours facile.

“ Le danger c’était de s’ennuyer.”

J’ai été touchée par la douceur et la justesse de l’écriture en total accord avec le propos. 19 nouvelles. 19 moments de vérité. 19 petites pépites. Les nouvelles ont vraiment une ambiance propre à chacune, un univers où plane le regard d’un homme qui cherche l’essence et l’essentiel de la vie.

Franck Courtès, Autorisation de pratiquer la course à pied, Lattès, février 2013, 250 pages, 17.50 euros