Florence Herrlemann : « L’appartement du dessous »

Avez-vous déjà réellement pris le temps de rencontrer vos voisins ? De les écouter dans leur singularité et leur pudeur ?  Florence Herrlemann ausculte avec précision et délicatesse la relation épistolaire improbable entre Hectorine et Sarah, une très vieille dame et une jeune femme débordée.

Lire la suite de « Florence Herrlemann : « L’appartement du dessous » »

Publicités

Baptiste Beaulieu : « Toutes les histoires d’amour du monde »

#toutesleshistoiresdamourdumonde de Baptiste Beaulieu aborde la question de l’amour contrarié sous plusieurs formes.

Lire la suite de « Baptiste Beaulieu : « Toutes les histoires d’amour du monde » »

David Diop : « Frère d’âme » #RL2018

« L’être humain cherche toujours des responsabilités absurdes aux faits. C’est comme ça, C’est plus simple. Je le sais, je l’ai compris, à présent que je peux penser ce que je veux. Mes camarades de combat, Blancs et Noirs, ont besoin de croire de ce n’est pas la guerre qui risque de les tuer, mais le mauvais œil. Ils ont besoin de croire que ce n’est pas une des milliers de balles tirées par les ennemis d’en face qui les tuera par hasard. Ils n’aiment pas le hasard. Le hasard est trop absurde. Ils veulent un responsable, ils préfèrent penser que la balle ennemie qui les atteindra est dirigée, guidée par quelqu’un de méchant, de mauvais, de malintentionné, c’est moi. Par la vérité de Dieu, ils pensent mal et très peu. »

Lire la suite de « David Diop : « Frère d’âme » #RL2018″

Nathalie Piégay : « Une femme invisible » #RL2018

Cela fait maintenant plusieurs romans que je lis sur les années folles et les années qui en découlent. L’excellent roman, « La nuit pour adresse » de Maud Simonnot sur Mac Almon, l’attachante « Légende d’un dormeur éveillé » sur Robert Desnos de Gaëlle Nohant et le portrait à quatre mains des soeurs Berest sur leur grand mère, épouse de Picabia dans le roman « Gabriele« . J’aime donc cette époque, cette effervescence créatrice, ces prises de positions fortes des artistes et bien sur la musique d’Eric Satie. Lisez à ce propos l’excellent livre de Stéphanie Kalfon « Les parapluies d’Erik Satie« .
Celui ci s’inscrit dans une singularité car comme son nom l’indique il s’attache à explorer la vie d’une femme de l’ombre, la mère de Louis Aragon.

Lire la suite de « Nathalie Piégay : « Une femme invisible » #RL2018″

Serge Joncour : « Chien-loup » #rl2018

Ouvrir un lire de Serge Joncour, c’est la promesse d’être embarqué dans une histoire. Une vraie histoire racontée par un auteur de talent maniant mots et sentiments humains comme personne. Lire Serge Joncour, c’est apprendre à prendre le temps d’écouter ce qu’un auteur nous dit. Prendre le temps. Les deux couples de personnages principaux questionnent justement leur vie et la valeur du temps.

Lire la suite de « Serge Joncour : « Chien-loup » #rl2018″

Christophe Guillaumot : « Abattez les grands arbres » #pmpp2018

Ce que je recherche dans un roman policier ? Un bon style, du suspense et apprendre quelque chose. Ce livre remplit tous ces critères haut la main mais les dépasse aussi avec des personnages attachants, des descriptions très réalistes et un souffle romanesque assez dingue.

J’ai lu ce livre dans la cadre du Prix du meilleur polar Points 2018.

Lire la suite de « Christophe Guillaumot : « Abattez les grands arbres » #pmpp2018″