Delphine Bertholon : « Cœur-naufrage »

Delphine Bertholon est une talentueuse auteure qui trace une très belle route aux lisières de l’émotion, de la prise de conscience collective et la réconciliation avec soi.
Dans ses romans, être soi n’est jamais simple. Dans Grâce, c’est le poids des ans et l’insolence de la jeunesse qui sont le meurtrier d’une famille sans histoire. Dans Le soleil à mes pieds, c’est le destin de deux sœurs au bouleversant secret. Dans Les corps inutiles, c’est le poids du silence qui a eu raison d’une jeune fille.

Ici, avec Coeur-naufrage, Delphine  Bertholon détricote une vie faite de choix, de renoncements et de rêves enfouis.

Lire la suite de « Delphine Bertholon : « Cœur-naufrage » »

Christophe Ono-Dit-Biot : « Croire au merveilleux »

Christophe Ono-Dit-Biot est journaliste et écrivain mais il aime surtout la mythologie grecque, à laquelle il rend un hommage appuyé dans ce roman. Après la merveilleuse histoire d’amour de Plonger, l’auteur nous invite à la rencontre de César, son double littéraire.

Lire la suite de « Christophe Ono-Dit-Biot : « Croire au merveilleux » »

Ali Zamir : « Anguille sous roche »

 

Présentation de l'éditeur : "Quelque part dans l’océan Indien, une jeune femme se noie. Ses forces l’abandonnent mais sa pensée, tel un animal sur le point de mourir, se cambre : dans un ultime sursaut de vie et de révolte, la naufragée nous entraîne dans le récit de sa vie... Roman aussi étourdissant qu'envoûtant, qui n'est pas sans rappeler L'Art de la joie de Goliarda Sapienza par la beauté de son héroïne et la force de sa langue, Anguille sous roche est un miracle littéraire : « On entre dans Anguille sous roche comme en eaux troubles. Je l’ai lu debout, gîtant comme un mât dans la houle, ballotté par le flux verbal de la mélopée obsédante et hypnotique d’Anguille, l’héroïne narratrice. Je me suis laissé emporter dans les flots de sa prose organique et vivante, une seule longue phrase rythmée par la nécessité et l’urgence, proche de la tradition orale. Et j’ai glissé sur les lames de sa pensée, avec ses errements, ses certitudes et ses cris de colère. […] Dans cette histoire de jeune fille pas sage, de passage, de traversée et de passeur, la voix ultramarine d’Anguille sous roche ouvre un sillon qui n’est pas près de se refermer. » (Laurent Boscq)

68 (2)

Ali Zamir est né en 1987 aux Comores. Grâce à l’obtention d’une bourse, il part étudier les lettres modernes à l’Université du Caire, où il obtient un master en 2010. C’est en exil dans cette ville qu’il conçoit, entre 2009 et 2010, la première version du roman  Anguille sous roche.

Lire la suite de « Ali Zamir : « Anguille sous roche » »

Anaïs Llobet : « Les mains lâchées »

Les Mains Lachees

Présentation de l'éditeur : "Une vague monstrueuse, soulevée par un typhon meurtrier, dévaste 
les Philippines en quelques minutes et ravage sa myriade d’îles.
Sur l’une d’elles, Madel reprend connaissance, seule au milieu du chaos. Jan, l’homme qu’elle 
aime, a disparu. Et elle a lâché la main de l’enfant qu’il lui avait confié.
Au prix d’une difficile anesthésie des sentiments, la jeune journaliste se plonge dans son 
travail, en équilibre entre information et voyeurisme, quand tous les médias du monde se tournent 
vers les Philippines.
Recueillir la parole survivante, nouer des liens avec les rescapés, c’est conjurer la mort. 
Mais un typhon de cette violence ne laisse jamais en paix ceux qu’il a épargnés."

68 (2)

Anaïs LLobet est journaliste pour l’AFP. Elle a parcouru le monde et vit actuellement à Moscou. Son premier roman Les mains lâchées se déroule aux Philippines, bien loin d’une ambiance de carte de postale.

Lire la suite de « Anaïs Llobet : « Les mains lâchées » »

Marc Trévidic : « Ahlam »

ahlam

68 (2)

Présentation de l'éditeur : "Lorsqu’en 2000 Paul, célèbre peintre 
français, débarque aux Kerkennah en Tunisie, l’archipel est un petit 
paradis pour qui cherche paix et beauté. L’artiste s’installe dans 
« la maison de la mer », noue une forte amitié avec la famille de 
Farhat le pêcheur, et particulièrement avec Issam et Ahlam, ses 
enfants incroyablement doués pour la musique et la peinture. 
Peut-être pourront-ils, à eux trois, réaliser le rêve de Paul : 
une œuvre unique et totale où s’enlaceraient tous 
les arts. Mais dix ans passent et le tumulte du monde arrive jusqu’à 
l’île. Ben Ali est chassé. L’islamisme gagne du terrain. L’affrontement 
entre la beauté de l’art et le fanatisme religieux peut commencer."

Marc Trévidic s’est surtout illustré dans le cadre de la lutte anti-terroriste. Il signe un premier roman sur les racines de la radicalisation avec beaucoup de finesse tant stylistique que psychologique. Lire la suite de « Marc Trévidic : « Ahlam » »

Catherine Poulain : « Le grand marin »

le grand marin

68 (2)

Présentation de l'éditeur : "Une femme rêvait de partir.
De prendre le large.
Après un long voyage, elle arrive à Kodiak (Alaska). Tout de suite, elle sait : à bord 
d’un de ces bateaux qui s’en vont pêcher la morue noire, le crabe et le flétan, il y a 
une place pour elle. Dormir à même le sol, supporter l’humidité permanente et le sel qui 
ronge la peau, la fatigue, la peur, les blessures…
C’est la découverte d’une existence âpre et rude, un apprentissage effrayant qui se 
doit de passer par le sang. Et puis, il y a les hommes. À terre, elle partage leur vie, 
en camarade.
Traîne dans les bars.
En attendant de rembarquer.
C’est alors qu’elle rencontre le Grand Marin."

On rêve souvent de tout quitter, partir, larguer les amarres. Catherine Poulain l’a fait. Pendant 10 ans, elle a péché en Alsaka dans des conditions extrêmes, repoussant chaque jour plus loin ses limites. Elle publie un premier roman inspiré par les cahiers qu’elle a tenu durant toute sa vie. Le grand marin est un roman intense et fort où vents contraires et tempêtes n’ont jamais autant permis d’avancer non seulement à la rencontre des autres mais aussi dans la propre connaissance de soi-même.

Lire la suite de « Catherine Poulain : « Le grand marin » »

Marie Nimier : « La plage »

couv La Plage

 

Présentation de l'éditeur : "Une jeune femme sans nom arrive sur une île, en été. Elle traverse en autobus un paysage aride jusqu'à une plage où elle est déjà venue avec un ami. Elle se souvient d'une grotte où ils se sont aimés. Il n'y a personne sur la plage, pas un souffle de vent. La taverne est fermée. Elle se baigne nue. Est-elle aussi seule qu'elle le croit? En quittant la plage quelques jours plus tard, elle ne sera plus la même. Jamais plus."

Marie Nimier a écrit une douzaine de romans publiés chez Gallimard qui sont largement traduits dans le monde entier, dont « Sirène » en 1985, couronné par l’Académie française et la Société des Gens de Lettres. Son grand roman « La Reine du Silence » reçoit le Prix Médicis en 2004, « Les Inséparables » reçoit le Prix Georges Brassens. Elle est une auteure pour les adultes mais aussi pour la jeunesse, elle écrit pour le théâtre et des chansons.

Son dernier roman La plage est paru aux éditions Gallimard en janvier 2016.

Lire la suite de « Marie Nimier : « La plage » »