Nathalie Piégay : « Une femme invisible » #RL2018

Cela fait maintenant plusieurs romans que je lis sur les années folles et les années qui en découlent. L’excellent roman, « La nuit pour adresse » de Maud Simonnot sur Mac Almon, l’attachante « Légende d’un dormeur éveillé » sur Robert Desnos de Gaëlle Nohant et le portrait à quatre mains des soeurs Berest sur leur grand mère, épouse de Picabia dans le roman « Gabriele« . J’aime donc cette époque, cette effervescence créatrice, ces prises de positions fortes des artistes et bien sur la musique d’Eric Satie. Lisez à ce propos l’excellent livre de Stéphanie Kalfon « Les parapluies d’Erik Satie« .
Celui ci s’inscrit dans une singularité car comme son nom l’indique il s’attache à explorer la vie d’une femme de l’ombre, la mère de Louis Aragon.

Lire la suite de « Nathalie Piégay : « Une femme invisible » #RL2018″

Publicités

Eric Chevillard : « Ronce-Rose »

Eric Chevillard est un poète. Amoureux des mots, de leurs sens, il écrit avec une extreme précision. De cette précision naît une très belle ambiance, un peu suréelle, surannée, captivante. On sent qu’on est tout proche de la magie avec ce 39e livre.

Lire la suite de « Eric Chevillard : « Ronce-Rose » »

Christophe Ono-Dit-Biot : « Croire au merveilleux »

Christophe Ono-Dit-Biot est journaliste et écrivain mais il aime surtout la mythologie grecque, à laquelle il rend un hommage appuyé dans ce roman. Après la merveilleuse histoire d’amour de Plonger, l’auteur nous invite à la rencontre de César, son double littéraire.

Lire la suite de « Christophe Ono-Dit-Biot : « Croire au merveilleux » »

Jour 23 : Maylis de Kerangal : « La vie voyageuse »

avent

la vie voyageuse

Présentation de l'éditeur : "Ariane Malauzier travaille pour la revue L'Archiviste, spécialisée en généalogie. Elle enquête sur le puzzle des origines d'autrui. Le cul-de-sac d'une vie bien réglée, en apparence. Jusqu'à ce que sa vénérable tante Jeanne, dame à chapeau et tailleur Chanel, lui propose de retrouver Ignacio Torres, exilé espagnol qui fut l'éphémère et secret amant de sa jeunesse guindée. Selon le principe des vases communicants, ce périple fait remonter à la surface un autre mirage sentimental.
 Ce livre d'aventures intimes dessine une errance identitaire mélancolique et sensuelle, proche de la géographie sentimentale de certains films d'Antonioni. Dans ce retour sur soi de la mémoire amoureuse, rien de linéaire. Tout n'est que détour et éternel retour, flash-backs prémonitoires et incertitudes rétrospectives, à l'image du désordre intérieur de l'héroïne."

La vie voyageuse est le deuxième roman de Maylis de Kerangal. Elle y parle d’amour, de regrets et de temps qui passe trop vite avec son ton et son style reconnaissables entre mille, ses phrases longues et enveloppantes, sa capacité de description si juste.

Lire la suite de « Jour 23 : Maylis de Kerangal : « La vie voyageuse » »

Jour 8 : Loïc Demey : « Je, d’un accident ou d’amour »

avent

 je, d'un accident ou d'amour

Présentation de l'éditeur : "Depuis, ma pensée se désordre. Mon langage se confusion. D’un commencement comme ça. Je voiture Adèle jusqu’à la gare de l’Est, elle se départ chez elle, distance d’ici. Bien trop lointain. Elle m’amour, je l’énormément, mais elle s’en retour. A trois centaines de kilomètres."

Loïc Demey vit à Hagondange. Il enseigne l’éducation Physique et Sportive dans un collège mosellan depuis une dizaine d’années. Je, d’un accident ou d’amour est son premier roman.

Lire la suite de « Jour 8 : Loïc Demey : « Je, d’un accident ou d’amour » »