Delphine Bertholon : « Cœur-naufrage »

Delphine Bertholon est une talentueuse auteure qui trace une très belle route aux lisières de l’émotion, de la prise de conscience collective et la réconciliation avec soi.
Dans ses romans, être soi n’est jamais simple. Dans Grâce, c’est le poids des ans et l’insolence de la jeunesse qui sont le meurtrier d’une famille sans histoire. Dans Le soleil à mes pieds, c’est le destin de deux sœurs au bouleversant secret. Dans Les corps inutiles, c’est le poids du silence qui a eu raison d’une jeune fille.

Ici, avec Coeur-naufrage, Delphine  Bertholon détricote une vie faite de choix, de renoncements et de rêves enfouis.

Lire la suite de « Delphine Bertholon : « Cœur-naufrage » »

Publicités

Philippe Besson : « Arrête avec tes mensonges » #prixorangedulivre2017

Philippe Besson est auteur, scénariste et dans son dernier roman aux accents auto-fictif, il prend par la main son lecteur pour l’emmener au cœur d’un gigantesque secret d’adolescent. Un livre troublant au cœur d’un amour fou, aux lisières floues et aux regrets incommensurables. Autofiction peut être, histoire d’amour universelle sûrement. Tension et maîtrise narrative ultra travaillées, mais élan généreux des souvenirs, un roman qui cueille.

Lire la suite de « Philippe Besson : « Arrête avec tes mensonges » #prixorangedulivre2017″

Emmanuelle de Boysson : « Les années solex »

Emmanuelle de Boysson est critique littéraire, auteure, essayiste et présidente de la Closerie de Lilas. Elle publie un roman inspiré par le journal intime de son adolescence. Les années Solex c’est la fougue de l’adolescence et l’envie de liberté.

Lire la suite de « Emmanuelle de Boysson : « Les années solex » »

Ali Zamir : « Anguille sous roche »

 

Présentation de l'éditeur : "Quelque part dans l’océan Indien, une jeune femme se noie. Ses forces l’abandonnent mais sa pensée, tel un animal sur le point de mourir, se cambre : dans un ultime sursaut de vie et de révolte, la naufragée nous entraîne dans le récit de sa vie... Roman aussi étourdissant qu'envoûtant, qui n'est pas sans rappeler L'Art de la joie de Goliarda Sapienza par la beauté de son héroïne et la force de sa langue, Anguille sous roche est un miracle littéraire : « On entre dans Anguille sous roche comme en eaux troubles. Je l’ai lu debout, gîtant comme un mât dans la houle, ballotté par le flux verbal de la mélopée obsédante et hypnotique d’Anguille, l’héroïne narratrice. Je me suis laissé emporter dans les flots de sa prose organique et vivante, une seule longue phrase rythmée par la nécessité et l’urgence, proche de la tradition orale. Et j’ai glissé sur les lames de sa pensée, avec ses errements, ses certitudes et ses cris de colère. […] Dans cette histoire de jeune fille pas sage, de passage, de traversée et de passeur, la voix ultramarine d’Anguille sous roche ouvre un sillon qui n’est pas près de se refermer. » (Laurent Boscq)

68 (2)

Ali Zamir est né en 1987 aux Comores. Grâce à l’obtention d’une bourse, il part étudier les lettres modernes à l’Université du Caire, où il obtient un master en 2010. C’est en exil dans cette ville qu’il conçoit, entre 2009 et 2010, la première version du roman  Anguille sous roche.

Lire la suite de « Ali Zamir : « Anguille sous roche » »

Marcus Malte : « Le garçon »

Le garçon

clubdesexplorateurs

Présentation de l'éditeur : "Il n’a pas de nom. Il ne parle pas. Le garçon est un 
être quasi sauvage, né dans une contrée aride du sud de la France. Du monde, il ne 
connaît que sa mère et les alentours de leur cabane. Nous sommes en 1908 quand il se 
met en chemin – d’instinct.
Alors commence la rencontre avec les hommes : les habitants d’un hameau perdu, Brabek 
l’ogre des Carpates, philosophe et lutteur de foire, l’amour combien charnel avec 
Emma, mélomane lumineuse, à la fois sœur, amante, mère. « C’est un temps où le garçon 
commence à entrevoir de quoi pourrait bien être, hélas, constituée l’existence : nombre 
de ravages et quelques ravissements. » Puis la guerre, l’effroyable carnage, paroxysme 
de la folie des hommes et de ce que l’on nomme la civilisation.
Itinéraire d’une âme neuve qui s’éveille à la conscience au gré du hasard et de 
quelques nécessités, ponctué des petits et grands soubresauts de l’Histoire, le Garçon 
est à sa façon singulière, radicale, drôle, grave, l’immense roman de l’épreuve du 
monde."

Marcus Malte s’est illustré en écrivant des romans policiers et des nouvelles. Son dernier livre, un roman dense et puissant est une réussite.

Lire la suite de « Marcus Malte : « Le garçon » »

Jean-Claude Mourlevat : « Mes amis devenus »

mes amis devenus

Présentation de l'éditeur : "Qu’avons nous fait de nos rêves ? Que sont nos amis et 
nos amours devenus ? Ouessant. Accoudé à l’embarcadère, un homme scrute la ligne 
d’horizon.
Dans quelques instants, le ferry va se dessiner dans le lointain et lui apporter ses 
quatre amis. Le premier est comme son frère, mais il n’a pas revu les trois autres 
depuis quarante ans. Le vent fouette son visage ; les mouettes crient ; le jour 
décline. Lours’ est-il toujours une force de la nature ? Luce est-elle toujours aussi 
folle ? Mara ressemble-t-elle encore à celle qui l’avait ensorcelé, autrefois? Et 
lui-même, comment sera-t-il à leurs yeux ?"

Jean-Claude Mourlevat a été professeur d’allemand, comédien de théâtre, clown, metteur en scène (de pièces de Brecht, Cocteau ou Shakespeare) et traducteur. Depuis une vingtaine d’années, il publie des ouvrages pour la jeunesse. Sa plume fait rire, réfléchir ou rêver, et a exploré tous les genres, du conte au récit humoristique, et du roman d’aventure épique à la science-fiction. Depuis 2015, il élargit avec bonheur son lectorat en publiant Et je danse aussi (avec Anne-Laure Bondoux). Mes amis devenus est son dernier roman parut aux éditions Fleuve.

Lire la suite de « Jean-Claude Mourlevat : « Mes amis devenus » »