Arnaud Dudek : « Les vérités provisoires »

Avec ce roman moderne et bien construit, Arnaud Dudek s’empare d’une histoire somme toute ordinaire mais sa précision dans la description des bouleversements intimes de ses personnages et le petit côté décalé de son héros font de ce livre un petit moment de bonheur.

Lire la suite de « Arnaud Dudek : « Les vérités provisoires » »

Eric Chevillard : « Ronce-Rose »

Eric Chevillard est un poète. Amoureux des mots, de leurs sens, il écrit avec une extreme précision. De cette précision naît une très belle ambiance, un peu suréelle, surannée, captivante. On sent qu’on est tout proche de la magie avec ce 39e livre.

Lire la suite de « Eric Chevillard : « Ronce-Rose » »

Vincent Message : « Défaite des maîtres et possesseurs »

Vincent Message est un jeune auteur dont les romans s’intéressent l’évolution de la société. Il questionne les grands enjeux écologiques dans ce roman qui a été distingué par le Prix Orange du livre 2016.

Lire la suite de « Vincent Message : « Défaite des maîtres et possesseurs » »

Maud Simonnot : « La nuit pour adresse »

Maud Simonnot rend un hommage majestueux à ces années folles, ces années où tout était possible, où il était urgent de vivre quitte à se brûler les ailes.

Lire la suite de « Maud Simonnot : « La nuit pour adresse » »

François Bugeon : « Le monde entier »

le-monde-entier

Présentation de l'éditeur : "« Chevalier préférait aller à son travail en Mobylette quand il faisait beau, et il portait toujours le même casque, orange, sans visière. Ce jour-là, il avait sur le dos une chemise à manches courtes que le vent de la course faisait flotter autour d’un genre de bermuda. De loin, on voyait d’abord le blanc livide de ses mollets, puis son ventre laiteux que la chemise découvrait par saccades. »
Il n’y a pas de femme dans la vie de Chevalier, pas qu’on sache en tout cas. De même qu’il n’y a pas beaucoup de tendresse entre sa mère et lui. Pourtant, il n’a jamais eu l’envie d’aller s’installer ailleurs que dans ce village où il a grandi, où il aime aller pêcher dans les étangs, avec son vieux copain Ségur. Jusqu’à ce soir d’août où son chemin a croisé une voiture renversée sur le bord de la route…
Dans ce premier roman d’une grande délicatesse, François Bugeon saisit une vie au moment où elle bascule."

Francois Bugeon publie un premier roman, généreux et délicat sur la vie à la campagne, l’amitié,  les aléas du quotidien et l’entraide.

Lire la suite de « François Bugeon : « Le monde entier » »

Isabelle Kaufmann : « Les corps fragiles »

les corps fragiles

Présentation de l'éditeur : "Claudine, Mona, André, le petit Maurice récitant des poèmes, il bambino Bruno, Bernadette en chignon ou Alexandre le virtuose, ce sont eux les corps fragiles, et beaucoup d’autres. Des corps qui saignent, s’embrasent, se dérèglent ou s’épuisent, des corps qui, au gré d’une médecine impatiente, pourront être secourus ou sauvés. Derrière les draps froissés, ce sont autant de destins qui se livrent à Marie-Antoinette, première infirmière libérale de Lyon. Armée d’un prodigieux optimisme, passant d’une maison à une autre, elle soigne les gens, les écoute, calme leurs angoisses, les accompagne, les guérit parfois."

Isabelle Kauffmann ne soigne pas seulement pas dans son métier qu’elle exerce mais aussi lorsqu’elle prend la plume comme dans ce 4e roman. Les corps fragiles questionne la relation soigné / soignant dans sa fragilité mais aussi dans sa beauté.

Lire la suite de « Isabelle Kaufmann : « Les corps fragiles » »

Leila Slimani : « Chanson douce »

leila slimani

clubdesexplorateurs

Présentation de l'éditeur : "Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les 
réticences de son mari de reprendre son activité au sein d'un cabinet d'avocats, le couple se 
met à la recherche d'une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert 
très vite l'affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. 
Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu'au drame. 
À travers la description précise du jeune couple et celle du personnage fascinant et mystérieux 
de la nounou, c'est notre époque qui se révèle, avec sa conception de l'amour et de l'éducation, 
les rapports de domination et d'argent, des préjugés de classe ou de culture. Le style sec et 
tranchant de Leïla Slimani, où percent des éclats de poésie ténébreuse, instaure dès les premières 
pages un suspense envoûtant."

Leila Slimani publie un deuxième roman après le très rock & roll Dans le jardin de l’ogre qui traitait de l’addiction sexuelle. Là aussi, il est question du corps, duquel tout part et auquel tout revient.

Lire la suite de « Leila Slimani : « Chanson douce » »