Philippe Besson : « Un certain Paul Darrigrand »

Philippe Besson remonte le fil de ses souvenirs et plonge dans les tourments du début de l’âge adulte, entre révolte et espoir.

Lire la suite de « Philippe Besson : « Un certain Paul Darrigrand » »

Léa Wiazemsky : « Comme si tout recommençait »

Ouvrir un livre de Léa Wiazemsky c’est la promesse de vivre des émotions fortes tout en délicatesse. Encore une fois, je me suis faite happer par la mélodie de l’auteure qui nous entraîne dans une histoire intergénérationnelle, qui n’est pas sans rappeler son premier roman Le vieux qui déjeunait seul que j’avais tant aimé.

Lire la suite de « Léa Wiazemsky : « Comme si tout recommençait » »

Aurélie Valognes : « La cerise sur le gâteau »

Jusqu’où iriez vous pour vivre la vie dont vous rêvez ? N’est-il pas trop tard pour changer ? Aurélie Valognes questionne les idéaux, les priorités, les valeurs déterminantes de l’existence à travers un roman à l’énergie débordante, tour à tour sérieux et joyeux comme pour mieux cerner les turpitudes de nos vies.
Lire la suite de « Aurélie Valognes : « La cerise sur le gâteau » »

Gaëlle Josse : « Une femme en contre-jour »

Saisir le destin d’un artiste dans sa singularité, ses vibrations, ses concessions et ses folies, c’est ainsi que je définirai le très beau livre de Gaëlle Josse sur Vivian Maier. Comment devient-on photographe ? Qu’est ce que le regard ? Voyons-nous tous la même chose ?

Lire la suite de « Gaëlle Josse : « Une femme en contre-jour » »

Dominique Bona : « Mes vies secrètes »

Domnique Bona nous entraîne le monde de lettrés, des musiciens, des peintres et des muses. Si l’on connaît quelques noms et en ignorons d’autres, elle possède cet incroyable pouvoir de transformer ses personnage, ses sujets d’études pour les biographies en des êtres vivants à l’humanité folle. Sans les désacraliser, elle réussit le tour de force de les immortaliser et de les raconter comme un ami qu’elle vient de quitter.

Lire la suite de « Dominique Bona : « Mes vies secrètes » »

Delphine de Vigan : « Les gratitudes »

Quelle est notre plus grande peur ? La mort et par extension la vieillesse. Delphine de Vigan place son lecteur face à sa plus grande crainte. Elle le fait avec une humanité folle et une dignité  bouleversante.

« Vieillir, c’est apprendre à perdre.
Encaisser, chaque semaine ou presque, un nouveau déficit, une nouvelle altération, un nouveau dommage. »

Lire la suite de « Delphine de Vigan : « Les gratitudes » »