David Diop : « Frère d’âme » #RL2018

« L’être humain cherche toujours des responsabilités absurdes aux faits. C’est comme ça, C’est plus simple. Je le sais, je l’ai compris, à présent que je peux penser ce que je veux. Mes camarades de combat, Blancs et Noirs, ont besoin de croire de ce n’est pas la guerre qui risque de les tuer, mais le mauvais œil. Ils ont besoin de croire que ce n’est pas une des milliers de balles tirées par les ennemis d’en face qui les tuera par hasard. Ils n’aiment pas le hasard. Le hasard est trop absurde. Ils veulent un responsable, ils préfèrent penser que la balle ennemie qui les atteindra est dirigée, guidée par quelqu’un de méchant, de mauvais, de malintentionné, c’est moi. Par la vérité de Dieu, ils pensent mal et très peu. »

Lire la suite de « David Diop : « Frère d’âme » #RL2018″

Publicités

Pauline Delabroy-Allard : « Ça raconte Sarah » #RL2018

A quoi reconnaît-on la naissance d’un écrivain ? A sa voix.
Pauline Delabroy-Allard est donc un écrivain. Un vrai. Avec son premier roman elle offre une peinture moderne et généreuse de l’amour, ou plus exactement de la passion qui consume et transporte, élève et cloue au sol. Démonstration.

Lire la suite de « Pauline Delabroy-Allard : « Ça raconte Sarah » #RL2018″

Sophie Divry : « Trois fois la fin du monde » #RL2018

Qu’est ce que la liberté ? Dans une longue réflexion imagée et pleine de rebondissement, Sophie Divry explore les relations entre enferment et liberté de mouvement, solitude et société et ce besoin d’interactions avec nos semblables même si l’homme est un loup pour l’homme.

Lire la suite de « Sophie Divry : « Trois fois la fin du monde » #RL2018″

Gabriel Tallent :  » My absolute darling »

Si « My absolute darling » sonne comme un doux mot d’amour, ne vous y méprenez cependant pas, car dans ce roman tout n’est qu’ambivalence. Construite autour d’un personnage féminin qui cristallise toute l’attention du lecteur, cette histoire incroyable (incroyable au sens premier) bouscule, questionne, résonne, tutoie la racine humaine enfouie en chacun de nous. Et vous jusqu’où iriez vous pour gagner votre liberté ?

Lire la suite de « Gabriel Tallent :  » My absolute darling » »

Vanessa Schneider : « Tu t’appelais Maria Schneider » #RL2018

Au centre de ce roman, la question de l’image : fantasmée, rêvée, travestie, dégradée. C’est aussi l’histoire d’un regard celui d’une cousine sur son aînée, des hommes sur les femmes, et une analyse du temps qui passe sur une blessure indélébile.

Lire la suite de « Vanessa Schneider : « Tu t’appelais Maria Schneider » #RL2018″

Lilja Sigurdardóttir : « Piégée » #PMPP2018

« Piégée » porte bien son nom. Je me suis totalement sentie capturée par cette histoire, additive au possible et pleine de suspense. Et en plus, pour une fois, c’est une héroïne et elle a drôlement du cran.

J’ai lu ce livre dans le cadre du  Prix du meilleur polar des éditions Points.

Lire la suite de « Lilja Sigurdardóttir : « Piégée » #PMPP2018″