Monica Sabolo : « Summer » #RL2017

Comment survivre à la disparition d’un être cher ? Comment apprivoiser l’absence et l’attente ? Pourquoi oublier et se souvenir ?

Monica Sabolo doit avoir un lien très particulier avec les fantômes. (Non, ne l’imaginez pas en ghostbusters ! ) Dans « Tout cela n’a rien à voir avec moi« , elle nous parlait d’un amour fantôme, de ses reliques et de son âge d’or. Dans « Crans Montana« , elle mettait en scène une constellation d’adolescentes se construisant à la recherche perpétuelle des limites de leur prison dorée.

Son nouveau roman « Summer » est hypnotique, énigmatique, il porte les accents de ses précédents livres mais se démarque par sa puissance, son élégance et sa chute. Il y est aussi question d’une disparue qui hante à la manière d’un fantôme les existences de ceux qui restent. J’apprécie toujours autant retrouver cette pudeur et cette délicatesse pour dire la gravité des existences volées.

J’ai lu ce livre dans le cadre du Grand Prix des lectrices de ELLE 2018, il est le livre sélectionné par le jury de septembre dans la catégorie « roman » et concoure donc pour le prix !

Lire la suite de « Monica Sabolo : « Summer » #RL2017″

Arnaud Dudek : « Les vérités provisoires »

Avec ce roman moderne et bien construit, Arnaud Dudek s’empare d’une histoire somme toute ordinaire mais sa précision dans la description des bouleversements intimes de ses personnages et le petit côté décalé de son héros font de ce livre un petit moment de bonheur.

Lire la suite de « Arnaud Dudek : « Les vérités provisoires » »

Delphine Bertholon : « Cœur-naufrage »

Delphine Bertholon est une talentueuse auteure qui trace une très belle route aux lisières de l’émotion, de la prise de conscience collective et la réconciliation avec soi.
Dans ses romans, être soi n’est jamais simple. Dans Grâce, c’est le poids des ans et l’insolence de la jeunesse qui sont le meurtrier d’une famille sans histoire. Dans Le soleil à mes pieds, c’est le destin de deux sœurs au bouleversant secret. Dans Les corps inutiles, c’est le poids du silence qui a eu raison d’une jeune fille.

Ici, avec Coeur-naufrage, Delphine  Bertholon détricote une vie faite de choix, de renoncements et de rêves enfouis.

Lire la suite de « Delphine Bertholon : « Cœur-naufrage » »

Jean Hegland : « Dans la forêt »

Jean Hegland a publié Into the forest, il y a 20 ans aux Etats-Unis. Le roman y a connu le destin d’un best seller. Traduit et publié en  France, seulement en ce début d’année, il est le choc de la rentrée d’hiver.

Lire la suite de « Jean Hegland : « Dans la forêt » »

Antoine Bello : « L’homme qui s’envola »

Antoine Bello a publié 7 romans dont la trilogie « Les falsificateurs ». Son œuvre s’inscrit fortement dans un monde actuel où il passe à la loupe l’équation entre progrès et développement personnel.

Lire la suite de « Antoine Bello : « L’homme qui s’envola » »

Astrid Manfredi : « Havre Nuit »

havre-nuit

Présentation de l'éditeur :" En fait, tout se passe bien. Comme dans un jeu macabre mais réglementé. Parce qu'à la fin personne ne meurt vraiment. " 
Une étudiante prend un homme en auto-stop sur une aire d'autoroute, un soir de 31 décembre, et entraîne l'inconnu dans une fête au Havre. Le lendemain, elle prend le meurtre sauvage d'une fille qu'elle avait aperçue au cours de la soirée. Quelques années plus tôt. Laszlo est inscrit à la Sorbonne. Il sèche les cours et, au bistrot, observe une étudiante penchée sur ses cours de criminologie. Laszlo est amoureux mais c'est avec d'autres filles à la peau diaphane qu'il passera ses nuits. Il n'oubliera jamais Alice, devenue inspectrice. À défaut de la posséder, il laissera sur ses scènes de crime ce que seule Alice pourra trouver."

Astrid Manfredi, auteure d’un premier roman époustouflant, La petite barbare, publie en cette rentrée d’hiver Havre Nuit. On y retrouve l’urgence de dire, la fureur de vivre et l’envie d’aimer et surtout ce style qui m’avait conquise : rugueux et poli, affûté et poétique.

Lire la suite de « Astrid Manfredi : « Havre Nuit » »