Chut c’est un secret avec Laurent Binet

secrets d'écrivains par bénédicte junger

Laurent Binet est agrégé de lettres modernes, il a enseigné dans la région parisienne et a été chargé de cours à l’Université Paris VIII et Paris III. Son premier roman « HHhH » a reçu le prix Goncourt du premier roman, il est traduit dans 40 pays et est en cours d’adaptation pour le cinéma. Avec Rien ne se passe comme prévu, il enquête et signe un livre au cœur de la campagne de François Hollande. Après une fresque historique et une enquête, il prend les lecteurs à contre-pied avec un  thriller autour de la mort de Roland Barthes. La septième fonction du langage a reçu le prix du roman FNAC.
J’ai rencontré Laurent Binet lors qu’une conversation le 7 octobre à la librairie Kléber. Merci à lui d’avoir répondu à mes questions.

Laurent Binet

                                                                        © Rüdy Waks

1. Comment êtes-vous venu(e) à l’écriture? D’où vous en vient l’envie?
J’ai un esprit mimétique. Dès que j’ai su lire, j’ai voulu écrire. J’ai écrit mon premier poème à sept ans, je me souviens encore de la première strophe, c’était sur les planètes et le cosmos. Puis, à l’adolescence, j’ai fait partie d’une bande d’amis qui étaient épris de surréalisme, nous avions créé une revue qui s’appelait Corsaire Sanglot, ça a été très formateur.

2. Quel est votre plus beau souvenir d’auteur?
Les tweets de Bret Easton Ellis sur HHHH.

3. Que pensez-vous de cette citation de Fernando Pessoa « La littérature est la preuve que la vie ne suffit pas »?
C’est très beau mais on pourrait ajouter : « et inversement. »

4. Quel livre aimez-vous offrir?
Corps et biens ou la Liberté ou l’amour de Robert Desnos. L’Empire des signes ou la Chambre claire de Roland Barthes.

5. Quels sont vos projets littéraires?
Pour l’instant, je suis encore dans la Septième fonction du langage. On verra bien, rien ne presse.

6. Y a-t-il une question que je ne vous ai pas posé à laquelle vous auriez aimé répondre? Souhaitez-vous ajouter quelque chose?
Quel est mon style de jeu au tennis ? L’une des clés de mon existence, c’est que je suis un serveur-volleyeur. Je suis très fier de ma vollée.

7. J’allais oublier… avez-vous un secret à nous confier?
En 1984, lors de la finale de Roland Garros, j’étais pour Lendl. J’étais trop jeune pour aimer McEnroe.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s