David Foenkinos :  » Le potentiel érotique de ma femme « 

David foenkinos le potentiel érotique de ma femme

Présentation de l'éditeur : "Après avoir collectionné, entre autres, les piques apéritif, les badges de campagne électorale, les peintures de bateaux à quai, les pieds de lapin, les cloches en savon, les bruits à cinq heures du matin, les dictons croates, les boules de rampe d'escalier, les premières pages de roman, les étiquettes de melon, les œufs d'oiseaux, les moments avec toi, les cordes de pendu, Hector est tombé amoureux et s'est marié.
Alors, il s'est mis à collectionner sa femme."

David Foenkinos propose avec « Le potentiel érotique de ma femme », un véritable roman de moeurs. Hector, le personnage principal et anti-héros, souffre de collectionnite aiguë. Il est le deuxième enfant d’une famille où on l’a conçu pour effacer le manque de son frère aîné, âgé de 20 ans de plus que lui. Après une tentative de suicide, il séjourne 6 mois dans un hôpital spécialisé. Son alibi: il était en voyage aux Etats-Unis… De là, s’en suit la rencontre avec sa future femme, mythomane, elle aussi.

« La poussière avait veillé sur le lieu, avant de s’ennuyer au point de se reproduire. »

David Foenkinos crée une galerie de portraits de petites gens certes caricaturées à l’extrême, mais tellement vraies! Des petites manies de chaque personnages tournées en dérision, au pathos pathétique de certaines scènes frôlant le comique de situation, l’auteur propose l’histoire d’un amoureux des collections sans un seul temps mort. Le style vif des scènes d’actions s’oppose aux longues phrases d’introspection d’Hector. Le plus étonnant dans ce roman déjanté c’est la normalité des situations incongrues et extravagantes! Sommes-nous dans un monde absurde? Voilà une question à laquelle, David Foenkinos se garde bien de répondre…

« « Voilà, j’ai quelque chose à vous dire…J’ai fait une tentative de suicide…et je n’étais pas aux États-Unis mais en convalescence… »
Après un silence, ses parents se mirent à rire ; un rire à l’opposé de l’érotisme. Que c’était drôle ! Ils gloussaient leur chance d’avoir un fils si doux et si comique, Hector des Hector, fils comique ! Ce fils qui avait, comment dire, un léger problème de crédibilité. Il avait été rangé dans la catégorie « bon fils » puisqu’il venait manger même quand il n’avait pas faim. Et les bons fils ne se suicident pas ; au pire ils trompent leur femme quand elle part en vacances à Hossegor. Hector fixa le visage de ses parents, il n’y avait rien à lire, des têtes d’annuaires téléphoniques. Il était condamné à être leur cliché. »

David Foenkinos, Le potentiel érotique de ma femme, Folio, août 2005 192 pages, 6,40 euros 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s