Héléna Marienské : « Les ennemis de la vie ordinaire »

les ennemis de la vie ordinaire

Présentation de l'éditeur : "Sept personnages souffrant d’addictions –alcoolisme, sport, jeux d’argent, cocaïne, shopping, sexe– se trouvent réunis par la psy qui les suit, Clarisse, pour des séances de thérapie de groupe. Clarisse espère que le «décloisonnement» peut les aider à guérir. Mais en ont-ils vraiment envie, eux? Pas sûr… Ces «ennemis de la vie ordinaire» vont, peu à peu, se lier d’amitié au point de déteindre les uns sur les autres.
Comédie hilarante, portée par une écriture brillante et rythmée dHéléna Marienské, ce roman s’empare d’un sujet de société contemporain, l’addiction, pour mieux le détourner: un conte moderne aussi réjouissant qu’immoral. Abstinents s’abstenir."

Héléna Marienské est une romancière. Agrégée de lettres, elle enseigne et publie 4 romans. Son dernier roman s’inscrit dans la lignée des précédents abordant avec malice les addictions et plus particulièrement celle sexuelle.

Clarisse est la psychologue du groupe. Elle reçoit individuellement 7 personnes addicts et terriblement drôles dans leurs petites folies. Elle monte un groupe de parole autour des addictions ayant pour but de décloisonner les patients et de créer une synergie de groupe. Les résultats seront au delà de ses espérances…

« Vous avez tous, chacun à votre façon, chacun selon votre addiction, dépassé un peu, beaucoup ou énormément les limites. »

Il y a Gunter, Pablo, JC, Damien, Mylène, Elisabeth et Mariette. Gunter joue trop, beaucoup trop au poker. Pablo est un sportif dopé aux endorphines qui va jusqu’à cassé son corps plutôt que de ralentir. Jean-Charles dit JC est un prêtre héroïnomane qui ressemble beaucoup au pape. Damien est professeur à la Sorbonne et un amant compulsif insatiable. Mylène est accro à la CB et dépense des sommes folles pour des habits qu’elle ne portera même pas. Elisabeth est alcoolique et dépréciée continuellement par son mari. Et Mariette, est une jeune femme toxico qui vit dans un squat. Chacun porte un regard réaliste sur son addiction et parle avec son langages, ses références, son caractère. Leurs échanges sont drôles, vifs et permettent de mettre en relief leurs fêlures.

Damien probablement le personnage que je préfère a des théories sur tout et une pédanterie absolument délicieuse. Il tient des propos tranchés sur la littérature :

« Littérature et addiction sexuelle ont partie liée, depuis toujours. »

Au fil du roman, ce petit groupe va prendre une autonomie assez impressionnante. La construction de ce livre n’est pas sans rappeler un peu celle d’une série. Construit autour de ces 7 personnages, le roman choral fonctionne à merveille et et le lecteur passe un excellent moment entre humour et vérité.

J’ai aimé l’absence de parti pris de l’auteur et le côté abbaye de Thélème qui se développe au fil des pages. Un roman audacieux sur les addictions qui réserve bien des surprises!

Héléna Marienské, Les ennemis de la vie ordinaire, Flammarion, aout 2015, 3 pages, 19 euros

Publicités

2 commentaires sur « Héléna Marienské : « Les ennemis de la vie ordinaire » »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s